BFM Business

Pas d'exode parisien pour ce second confinement, révèlent les données des smartphones

Des personnes font la queue devant un laboratoire pour se faire tester au coronavirus, le 29 août 2020 à Paris.

Des personnes font la queue devant un laboratoire pour se faire tester au coronavirus, le 29 août 2020 à Paris. - Christophe ARCHAMBAULT © 2019 AFP

Les informations recoupées d'Orange, partagées par l'Inserm, mais aussi d'Apple et Google sont riches d'enseignements concernant les déplacements des Français à l'aube du second confinement.

Il avait été massif et quasiment sans précédent lors du premier confinement. L'exode parisien n'a pour cette seconde assignation à domicile pas eu lieu, ou alors dans une bien moindre mesure. D'après les informations du Figaro, 70.000 Parisiens ont quitté la ville entre mercredi et samedi dernier, lors de l'entrée en vigueur du confinement. Près de 700.000 personnes avaient quitté Paris au début du premier confinement, d'après l'Insee, qui s'était alors basé sur les données d'opérateurs télécom.

Pour rappel, les opérateurs sont capables de localiser un téléphone en temps réel, sans accéder pour autant aux données GPS. Les déplacements peuvent de la sorte être mesurés de façon anonymisée, en prenant en compte l'emplacement des antennes auxquelles se connectent les smartphones.

Un confinement plus souple

Ce 3 novembre, l'Inserm est venu compléter ce panorama par le biais de données Orange. Le 30 octobre, au premier jour du confinement, les déplacements ont chuté de 33% en moyenne sur le territoire français, dont 45% à Paris, contre 63% en mars. Ce nouveau confinement est donc bel et bien plus souple que le précédent.

En attestent des données récoltées par Apple et Google. Leurs rapports de mobilité respectifs viennent éclairer d'un jour nouveau les premiers jours du confinement. En la matière, chacun sa méthode.

Apple publie un tableau des "tendances de mobilité" par zone géographique, en s'appuyant sur les requêtes des utilisateurs pour des itinéraires sur Apple Plans, son service de cartographie. Google s'en remet pour sa part à la localisation des smartphones Android, lorsque celle-ci est activée, pour nourrir ses rapports hebdomadaires.

Ce vendredi 30 octobre, Google estime que le temps de présence au domicile a bondi de 24% par rapport à une journée de référence choisie en janvier, et que le taux de fréquentation des commerces a chuté de 62%, les commerces non essentiels ayant été fermés. Les Français ont également moins fréquenté les transports en commun (- 48%), les parcs (- 27%) et les lieux de travail (- 44%).

Apple souligne un effondrement des déplacements en transports en commun et en voiture de 50% depuis le 30 octobre, et de 68% à pied. Mais les deux entreprises se rejoignent sur un point. Cette chute des déplacements s'avère moins importante que celle constatée lors du premier confinement. Elle avait à l'époque été de 88% pour la fréquentation des commerces et loisirs, de 87% pour les transports en commun ou encore de 56% pour les lieux de travail.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech