BFM Business

Un troisième Galaxy Note 7 de remplacement prend feu et Samsung n’a rien dit

Le Galaxy Note 7 de Michael Klering.

Le Galaxy Note 7 de Michael Klering. - Capture d'écran

C’est le troisième exemplaire de la nouvelle version du Galaxy Note 7 qui a pris feu cette semaine aux États-Unis, entraînant son propriétaire à l’hôpital. Samsung était au courant, mais n’a pourtant pas réagi publiquement ni conseillé à ses clients de ne plus utiliser ces nouveaux modèles.

Un Galaxy Note 7 aux allures de débâcle. Un troisième exemplaire de remplacement, censé être "sûr" d’après Samsung, a pris feu mardi 4 octobre à Nicholasville (Kentucky), en pleine nuit, dans la chambre de son propriétaire Michael Klering.

Quand il ouvre les yeux, il se rend compte que "la pièce entière était remplie de fumée et sentait atrocement mauvais. J’ai regardé autour de moi et j’ai vu mon téléphone en feu", explique-t-il à la chaine locale WKYT. Son Galaxy Note 7, remplacé par Samsung il y a moins d’une semaine, était à ce moment-là simplement branché au secteur.

Un étrange message de Samsung

Une mésaventure qui a valu à son propriétaire une consultation aux urgences où on lui a diagnostiqué une bronchite aigue après avoir inhalé les fumées toxiques : "J’ai vomi une matière noire, j’étais très effrayé", s’inquiète encore Michael Klering.

Quand Samsung a demandé à son propriétaire de récupérer le Galaxy Note 7, il a refusé. Pourtant, Michael Klering trouvait que le constructeur prenait l’accident au sérieux et voulait l’aider, jusqu’au moment où il a reçu un message d’un représentant de Samsung, certainement adressé par erreur : "Je peux essayer de le ralentir si nous pensons que c’est important ou nous pouvons le laisser être menaçant et voir s’il le devient vraiment".

Vers une seconde campagne de rappel?

C’est ce message tendancieux qui a poussé Michael Klering à prévenir les médias ce samedi 8 octobre. Samsung était donc au courant de l’accident et a préféré ne rien dire publiquement, et encore moins conseillé à ses clients de ne plus utiliser les Galaxy Note 7, même de remplacement. Depuis, deux autres modèles ont pris feu aux Etats-Unis : jeudi dans un avion et vendredi dans les mains d’une fille de 13 ans.

Début septembre, Samsung avait rappelé plus de 2,5 millions de la première version du Galaxy Note 7, dont la batterie de certains exemplaires avait pris feu. Cela lui avait coûté plus d’un milliard de dollars. Avec ces trois accidents en moins d’une semaine impliquant les nouveaux modèles censés ne plus connaître ces problèmes, le constructeur risque bien de devoir effectuer une seconde campagne de rappels, désastreuse aussi bien financièrement qu'en termes d'image.