BFM Business

Un Galaxy Note 7 certifié "sûr" par Samsung prend feu dans un avion

Le problème de batterie des Galaxy Note 7 ne semble pas terminé.

Le problème de batterie des Galaxy Note 7 ne semble pas terminé. - 01net.com

Victime de cette mésaventure alors que son smartphone était pourtant éteint, son propriétaire assure que le modèle qu'il a acheté le 21 septembre présente les caractéristiques de le seconde version des Galaxy Note 7. Le constructeur enquête.

La galère Galaxy Note 7 ne semble pas être terminée pour Samsung. Mercredi 5 octobre, le propriétaire d'un exemplaire récent de ce smartphone a pris feu à bord d’un avion au départ de l’aéroport de Louisville (Kentucky). Problème: il s’agit du modèle de remplacement, censé ne plus connaître de problème de batterie, qui avait obligé Samsung à rappeler les 2,5 millions de Galaxy Note 7 écoulés jusqu’alors.

C’est la chaîne régionale Wave 3 qui a d’abord relaté les faits. Alors que le Boeing 737 de la compagnie Southwest Airlines en direction de Baltimore (Maryland) stationnait encore à sa porte d’embarquement, les passagers ont assisté à un dégagement de fumée, seulement 10 minutes avant l’heure du décollage. "J’étais assise à l’avant de l’avion et j’ai remarqué un employé de la compagnie qui remontait le couloir en précisant qu’il y avait de la fumée dans l’avion", témoigne Misty Whitaker interrogée par la chaîne. L’avion est alors logiquement évacué sans qu’aucun blessé ne soit à déplorer.

Peu de doute sur l’origine du produit

Retrouvé par le site américain The Verge, Brian Green, propriétaire du Galaxy Note 7 confirme les faits. Il avait pourtant éteint son Galaxy Note 7 chargé à 80%, à la demande de l’équipage – comme cela est demandé par les compagnies aériennes depuis plusieurs semaines. Il l’a mis dans sa poche et a rapidement remarqué qu’une fumée commençait à en sortir. Il l’a alors jeté au sol et a vu une "épaisse fumée grise et verte" jaillir de son smartphone.

Brian Green a assuré au site, photo de la boîte à l’appui, que son Galaxy Note 7 était bel et bien un modèle présenté comme sûr par Samsung. Il avait été acheté le 21 septembre dernier dans une boutique de l’opérateur AT&T. Il présentait un carré noir sur l’étiquette de la boîte et un logo de batterie vert, deux caractéristiques qui confirment bien d’après Samsung qu’il s’agit de la seconde version du smartphone. Le numéro EMEI, vérifié sur l’outil en ligne de Samsung, a également confirmé qu’il s’agissait bien d’un exemplaire sécurisé.

Samsung veut examiner l’appareil avant de se prononcer

Un porte-parole de Samsung s’est finalement exprimé auprès d’Engadget: "Tant que nous n’aurons pas récupéré l’appareil, nous ne pouvons confirmer que cet incident implique le nouveau Note 7. Nous travaillons avec les autorités et Southwest Airlines pour obtenir l’appareil et confirmer la cause. Une fois que nous l’aurons examiné, nous aurons plus d’informations à communiquer".

Si l’information se confirme, ce serait donc un nouveau coup dur pour Samsung. Un second rappel des exemplaires considérés comme "sûrs" coûterait cher au constructeur, aussi bien quant à la logistique qu’à son image de marque déjà fortement écornée. Le premier échange avait alors été évalué à 1 milliard de dollars pour la marque.