BFM Business

Nintendo surexploite-t-elle ses licences phares?

-

- - -

Les premières images de la "Switch", la nouvelle console Nintendo qui devrait sortir en mars prochain, montrent les classiques Mario et Zelda. Ces jeux sont présents sur chaque console de la marque japonaise. Jusqu'à la surexploitation?

Nintendo a dévoilé la semaine dernière sa nouvelle console hybride, à mi-chemin entre la console de salon et la tablette portable, la "Switch". Pour le constructeur japonais, l'enjeu est de taille. La Switch pourra t-elle faire oublier l'échec commercial de la Wii U? De leur côté, les joueurs se demandent si Nintendo saura apporter de la fraicheur dans son catalogue de jeu. 

Avec 12.8 millions d’unités vendues depuis son lancement en 2012, la Wii U est très largement derrière les consoles de Sony et Microsoft. Elle est également l’une des consoles Nintendo qui s’est le moins bien vendue de l’histoire de la marque. Dans une interview, Eiji Aonuma, producteur du prochain Zelda, reconnaît la difficile compréhension du concept de cette console à deux écrans. Pour les journalistes et blogueurs high tech, c'est surtout son catalogue de jeu qui est à déplorer: certaines licences cultes de Nintendo, comme Mario, seraient "surexploités", au détriment d'autres titres.

Le géant nippon mise depuis toujours sur l'aspect innovateur de ses consoles, la Switch et son concept inédit ne dérogent pas à la règle. La Nintendo DS et son second écran tactile, la Nintendo 3DS et ses graphismes en trois dimensions, la Wii U et son gamepad, sont autant de nouvelles façons de jouer proposées par le constructeur nippon. Cependant, le catalogue de jeux est tout autant une motivation d'achat pour les joueurs. Pour Sony, Microsoft et Nintendo, tout l'enjeu est de proposer des titres exclusifs à leur produits. La marque nippone a fait le choix de consolider ses franchises et d'en faire son image de marque. Chaque console amène des suite aux jeux Mario et The Legend of Zelda, ainsi que plusieurs spin-off de leur univers. Le point en infographie.

Cette infographie n'a pas un caractère exhaustif, Nintendo a lancé d'autres licences moins connues. 

Les célèbres Donkey Kong, The Legend of Zelda et Mario sont toutes des séries de jeux lancées avant les années 1990 et ont toujours des suites. Nintendo a repris leur univers pour les décliner avec plusieurs mécaniques de jeux différentes. Par exemple, Mario peut aussi bien faire référence au jeu de plateforme qu’au jeu de courses de voitures, de tennis ou encore de football. Récemment, The Legend of Zelda, jeux d’aventure en 2D et en 3D, a été décliné en "Hack’n’slash", Hyrule Warriors. Ces déclinaisons font tout autant l'objet de suite que leurs versions originales. Ainsi, chaque console depuis la Nintendo 64 a eu le droit à son Super Mario et à son Mario Kart. 

Rares sont les séries abandonnées totalement par Nintendo. Même le personnage de Game&Watch, un de ses tout premiers jeux, apparaît dans le jeu de bagarre Super Smash Bros. Elle réédite également régulièrement ses anciens jeux, comme Ice Climber, série arrêtée en 1988, qui a été rééditée en 2004 sur Gameboy Advance. Le programme Ambassadeurs sur 3DS permet aux joueurs nostalgiques de retrouver le plaisirs des jeux rétros de la marque.

Il est faux de dire que Nintendo ne lance pas de nouvelles licences. En réalité, elle a ajouté plusieurs titres à son catalogue en lien avec sa cible commerciale: les familles et les joueurs occasionnels. Nintendogs, le Programme d'Entraînement du Docteur Kawashima ou encore Art Academy, sont des jeux qui se sont très biens vendus mais ne répondent pas aux exigences des joueurs plus réguliers. En 2015, le constructeur nippon a démarré Splatoon, une licence qui correspond plus à cette catégorie de joueurs, qui se sentaient jusqu'à présent oubliés par la marque. 

Nous ne connaissons pas encore le catalogue de jeux de la console Switch. Sur son trailer, Nintendo a présenté ses titres habituels. Le constructeur étant absent de la Paris Games Week, débutée cette semaine, les fans vont devoir se montrer patients. 

Emeline Gaube