BFM Tech

New York remplace ses cabines téléphoniques par des bornes Wi-Fi ultra-rapides

-

- - LinkNYC

Un premier hotspot Wi-Fi gratuit a été installé à New York près de Union Square à la place d'une antique cabine. Le réseau total devrait compter plus de 7.500 bornes.

Un an et demi après le lancement de l’appel d’offres, une première borne LinkNYC offrant un accès gratuit au Wi-Fi vient enfin d’être installée à New York, là où se tenait auparavant une cabine téléphonique. 500 autres devraient suivre d’ici la mi-juillet 2016 et le réseau complet comprendra au final plus de 7.500 hubs dans toute la ville.

Pour l’instant, ces bornes offrent un accès Wi-Fi ultra-rapide (dans un rayon d'environ 45 m autour de la borne) qui permet de lire ses e-mails, faire le tour des réseaux sociaux ou surfer sur la Toile, un accès direct au numéro d’urgence (911) et un port USB pour recharger un appareil mobile. Elles comportent également deux écrans de 55 pouces qui afficheront des publicités qui devraient permettre à la ville et à Link de récolter 500 millions de dollars sur les douze prochaines années.

Plus tard, elles devraient également permettre de passer des appels vocaux gratuitement en utilisant la tablette insérée dans la borne et de naviguer sur le Web pour accéder à différents outils comme des plans, des services municipaux…

-
- © LinkNYC

Né il y a deux ans sous l’administration Bloomberg, ce projet a ensuite été porté par le maire De Blasio. Mais il a été le sujet de plusieurs controverses. Le NY Daily News a ainsi dénoncé la mise en place d’un Wi-Fi à deux vitesses en fonction des quartiers : les bornes de Brooklyn et du Bronx devaient offrir une connexion dix fois moindre que celles de Manhattan. On a aussi appris que l’entreprise Titan, qui participe au projet, avait installé des balises beacon dans les cabines téléphoniques dont elle avait la gestion pour « pousser » des publicités sur les smartphones des personnes passant à proximité…

Ces balises ont été retirées dès que la manœuvre a été dévoilée mais laisse planer une certaine suspicion sur le respect des utilisateurs des bornes. D’autant que l’été dernier Titan a fusionné avec Control Group pour former une nouvelle société appelée Intersection… dans laquelle Google a des parts.

a lire aussi

New York : un réseau clandestin poussait des publicités sur les smartphones

Cécile BOLESSE