BFM Tech

Les voitures pourront bientôt se garer seules à Boston, et c'est le début d'une révolution

Audi Piloted DrivingCapture

Audi Piloted DrivingCapture - Capture YouTube

Audi et la ville Somerville, située dans la banlieue de Boston, s’associent pour créer des parkings et des rues connectées où les voitures pourront se garer entièrement seules, sans conducteur à bord. Un premier pas vers un bouleversement de fond.

Loin de la tourmente médiatique dans la laquelle le groupe Volkswagen est pris actuellement, la marque Premium du groupe, Audi, fait de nouvelles annonces, cette fois-ci consacrées à la voiture autonome.

Le constructeur présentait à Barcelone ce 18 novembre un projet de construction de ville autonome aux États-Unis, à Somerville comté du Massachussetts dans le nord de Boston. "La voiture intelligente ne peut offrir un immense potentiel que dans une ville intelligente" a déclaré Rupert Stadler, président du directoire de Audi AG. Et cela ne fait aucun doute. Nous avons d’ailleurs pu le constater lors du salon ITS de Bordeaux, durant lequel nous avons pu circuler dans d’impressionnantes voitures autonomes, déjà capables de communiquer avec les équipements spéciaux de la ville.

Garder la voiture au coeur d'une ville intelligente

Le protocole d’entente, qui lie Audi à la ville de Somerville, vise ici à bâtir une ville intelligente, capable de réguler la circulation et créer des parkings pouvant accueillir des voitures capables de se garer seule.

"La voiture fera toujours partie de la notre mobilité. Elle montre aujourd’hui ses limites via les embouteillages et les problèmes de stationnement", indique Joseph A. Curtatone, maire de Somerville. Pour remédier à ces maux, la mairie fera de Union Square un centre-ville "intelligent", où les parkings seront connectés et compatibles avec la technologie de parking automatique.

Si Audi a été choisi comme partenaire, c’est sans doute parce que la marque dispose déjà depuis 2013 d’un véhicule capable de se garer intégralement seul. Vous le déposez à l’entrée du parking, et il va trouver une place seul. C’est notamment grâce à ce type de dispositif que le maire de Somerville entend fluidifier la circulation. Une fluidification du trafic qui passera également par la mise en relation des différents moyens de transport, avec des flux migratoires intermodaux adaptés et contrôlés par ordinateur.

Les voitures connectées communiqueront avec un central informatique qui pourra informer les autres véhicules et adapter le passage des transports en commun, par exemple, en fonction de la densité du trafic à un endroit donné.

Changer la structure de la ville

Mais l'arrivée de la voiture autonome en ville, comme l'annonçait d'ailleurs Sergey Brin, cofondateur de Google, il y a quelques années déjà, va profondément changer la structure même du tissu urbain. Outre l’intérêt que cela représente pour les conducteurs qui ne perdent plus du temps à se garer, par exemple, ce sont aussi les promoteurs et les villes qui y gagnent.

La voiture se garant seule, le conducteur n’a plus à en sortir une fois la manoeuvre terminée. Les places sont donc plus étroites, puisque les portières restent fermées, et ainsi réduites de 2 m², les couloirs de circulation peuvent être plus étroits et la création de cage d’escaliers ou d’ascenseur n’est plus indispensable. Au total ce pourrait être de 60 à 80% de l'espace nécessaire à la construction d'un parking qui pourraient être économisés, selon Audi.

Pour rappel, si cette technologie existe depuis longtemps chez Audi, mais aussi chez Valeo avec la technologie Park4u, son déploiement reste très compliqué pour des raisons de règlementation. En effet, la question de la responsabilité se pose en cas d’accrochage.

Projet de ville connectée à Somerville
Projet de ville connectée à Somerville © Audi

Mais la révolution de l'espace ne s'arrêtera pas aux places de parking. Audi et Somerville entendent revoir la distribution des bâtiments différemment. Les parkings, où seules iront les voitures pourront être construits non plus en bord de rue, mais au milieu des pâtés de maison, laissant l'espace le plus lumineux et le plus accessible aux habitations ou aux magasins.

Par ailleurs, Audi entrevoit déjà un avenir où les voitures seront majoritairement électriques. Les voitures une fois garées toutes seules pourront ainsi "faire le plein" automatiquement sur des places à rechargement par induction. A plus long terme, car cela impliquera un changement de mentalité pour les automobilistes, Audi imagine même la fin de la propriété unique d'un véhicule, avec des services des voitures à la demande qu'on "emprunte" à un pool commun de véhicules. Les voitures seront toujours au coeur de nos villes, mais les contraintes liées à leur présence pourraient ainsi être réduites de manière draconienne.

De même que les voitures ont façonné nos villes à partir des années 60, elles pourraient les changer du tout au tout dans les années à venir, rendant davantage de place à l'humain. Une véritable révolution qui se construit dès maintenant.

Rupert Stadler, le PDG d'Audi, indiquait en effet que "75% des infrastructures de 2050 ne sont pas encore construites. Pourtant, les décisions pour les projets d'urbanisme de 2030 sont en train d'être pris aujourd'hui". Y aurait-il donc urgence à remettre la voiture à sa place ?