BFM Tech

Les drones, futurs auxiliaires de la police britannique

-

- - François Nascimbeni AFP

La police britannique multiplie les tests pour utiliser des drones sur des missions de surveillance mais aussi dans le cadre d'enquêtes.

Les drones ne sont pas que des jouets ou des livreurs de colis. La police britannique commence d’ailleurs à s’en servir pour la seconder dans ses enquêtes. Pour les autorités, les drones peuvent être particulièrement utiles pour enquêter sur des cambriolages, surveiller des manifestations ou intervenir en cas de sièges. Ces appareils pourraient être une bonne alternative aux hélicoptères, aux chiens policiers et même aux officiers eux-mêmes.

"Si quelqu’un pénètre par effraction dans un hangar, puis disparaît dans l’un des nombreux hangars environnants, un drone pourra le retrouver plus rapidement qu’un chien", a ainsi expliqué Steve Barry, du National Police Chiefs Council, une organisation qui regroupe les responsables des forces de police britannique, au journal The Times.

Au total, un quart des forces de police britanniques réfléchissent actuellement à la manière dont les drones pourraient intervenir dans leurs enquêtes.

De premiers tests positifs

Après les forces de police du Sussex, ce sont celles du Surrey qui ont effectué des tests dont les résultats ont été jugés positifs. L’un d’eux a, par exemple, permis de surveiller à distance le périmètre autour de l’aéroport de Gatwick dans le sud de Londres. A la suite de ces essais, les polices de ces deux comtés ont perçu la somme de 250 000 livres sterling (environ 340 500 euros) pour acheter cinq appareils qui seront utilisés pour chercher des personnes disparues et sur les lieux d’accidents. En ce début d’année 2016, ce sont les policiers de la vallée de la Tamise qui vont à leur tour tester des drones.

Evidemment, il faudra que des règles précises soient édictées pour que la vie privée des citoyens soit respectée avant toute utilisation plus large de ces appareils mais, estime Steve Barry, les progrès technologiques et la baisse des prix rendent l’utilisation des drones plus pertinente. "Le public va devoir s’habituer à voir voler des drones policiers dans le pays".

a lire aussi

Ce drone autonome vole à 50 km/h et évite tous les obstacles

Cécile BOLESSE