BFM Tech

Le Google chinois a testé avec succès sa première voiture autonome

-

- - Baidu

Le prototype, développé à partir d’une BMW Série 3, a roulé sur une trentaine de kilomètres à Pékin en s’insérant sans problème dans la circulation. La firme devrait cependant limiter son usage à des environnements très précis.

Le chinois Baidu se pose souvent comme le challenger de Google. Pas seulement à cause de son moteur de recherche mais aussi vis-à-vis de son projet de voiture autonome dévoilé au printemps 2014. Il vient d’annoncer avoir passé avec succès toute une série de tests avec son prototype.

Virages à gauche et à droite en U, ralentissement, détection de véhicules à l’avant, changement de voie, dépassement de voitures, insertion dans le trafic, la voiture autonome de Baidu a circulé sans problème dans le district de Haitian. Elle a parcouru une trentaine de kilomètres sur des rues secondaires comme des autoroutes, près du parc scientifique de Zhongguancun à Pékin, au siège du groupe. Elle a même atteint la vitesse de 100 km/h.

Le véhicule utilisé est une BMW Série 3 améliorée, le constructeur automobile étant partie prenante du projet. Les recherches sont menées par l’Institut de Deep Learning de Baidu depuis 2013. La société plancherait aussi sur des bus sans conducteur à partir de la même technologie Baidu AutoBrain qui englobe son système de cartographie HAD, le positionnement, la détection, ainsi que la prise de décision et le contrôle intelligent.

Une approche différente de celle de Google

-
- © Baidu

Baidu a adopté une approche différente de celle de Google. Plutôt que de plancher sur différents niveaux d’autonomie de conduite, la firme se focalise sur les environnements. Elle souhaite ainsi réserver sa voiture à des usages très précis et limités géographiquement dans un premier temps comme des bus qui suivent toujours le même itinéraire.

D’où l’importance de la précision de son système de cartographie HAD qui doit impérativement indiquer l’emplacement précis des marqueurs de voies et de bordures, la hauteur des feux de signalisation, ainsi que les indications de chaque panneau. Si ces informations sont pré-chargées, le véhicule pourra concentrer davantage de sa puissance de calcul sur la détection d’obstacles temporaires comme les piétons ou les autres voitures.

Baidu espère achever de cartographier la majeure partie des routes chinoises d’ici cinq à dix ans. La promesse de sortir cette voiture avant la fin de l’année 2015 semble, en revanche, difficilement tenable.

AC