BFM Tech

Le drone de livraison de La Poste a fait sa première apparition publique

Le drone de La Poste en démonstration sur les Champs-Elysées le 4 septembre 2016.

Le drone de La Poste en démonstration sur les Champs-Elysées le 4 septembre 2016. - MIGUEL MEDINA / AFP

Le prototype a remonté les Champs-Elysées avec 3 kilos de charge utile dans le cadre du Paris Drone Festival ce dimanche 4 septembre. Mieux que les drones d’Amazon ou de Google.

La Poste a choisi la plus "belle avenue du monde" pour présenter son drone de livraison au public. Le prototype était en effet en démonstration lors du Paris Drone Festival ce dimanche 4 septembre. Entre deux manches de FPV racing, il a remonté une partie des Champs-Elysées dûment confiné dans une cage de 100 mètres de longueur sur 8 mètres de hauteur avec 3 kilos de charge utile à son bord, comme on peut le voir dans cette vidéo :

Il peut embarquer des colis de 4 kilos

Le drone du groupe La Poste est un modèle d’hélicoptère avec six rotors. "Cela lui permet d’embarquer des paquets pouvant peser jusqu’à 4 kilos", nous a détaillé une porte-parole. Pour comparaison, ceux d’Amazon (Prime Air) ou de Google (Project Wing) ne peuvent supporter que 2 kilos environ. Cette puissance a pour contrepartie d’offrir moins d’autonomie: il ne peut parcourir que 20 km, quand ses concurrents ratissent au moins un rayon de 24 kilomètres. Il évolue également moins vite : 30km/h, quand le prototype de Google peut atteindre les 200 km/h. Par ailleurs, le drone de La Poste est aussi doté d’un parachute, d’un GPS et d’une caméra avec transmission de données dont la portée est de 50 km.

L’originalité du dispositif réside aussi dans son système de décollage et d’atterrissage inauguré en 2015. Il se compose d’une structure de protection ressemblant vaguement à un panier de basket qui constitue la station de départ et d’arrivée du drone, ainsi que d’un chariot automatique permettant d’acheminer le colis.

Lancé en 2014, ce projet compte déjà 600 tests à son actif, la plupart réalisés au Centre d’Etudes et d’Essais pour Modèles Autonomes (CEEMA) dans le Var. Autant dire que ce drone est aujourd’hui mature. Il n’est pourtant toujours pas question de l’industrialiser. "Nous continuons de l’améliorer. Mais aujourd’hui la loi française ne permet pas d’utiliser des drones de livraison", prévient La Poste. Le groupe n’envisage son utilisation que dans un contexte très limité, afin de desservir des zones isolées ou d’intervenir dans des situations d’urgence.

Amélie Charnay