BFM Tech

L’étrange nouveau robot bipède de Google

Le nouveau robot bipède présenté par la start-up japonaise Schaft qui appartient à Google.

Le nouveau robot bipède présenté par la start-up japonaise Schaft qui appartient à Google. - Rakuten

C’est une machine d’assistance au design déroutant qui a été présentée ce week-end à la conférence NEST à Tokyo. Mais compacte et résistante, elle s'avère très prometteuse.

Depuis que Google a manifesté son intention de se séparer de Boston Dynamics, on peut s’interroger sur les ambitions de la firme en matière de robots. La réponse vient d’être donnée par Schaft, une start-up japonaise dont le cofondateur Yuto Nakanishi est monté sur scène ce week-end lors de la conférence NEST (New Economic Summit) à Tokyo. Il était venu présenter un étonnant androïde qui ne porte pas encore de nom mais qui n'est pas inconnu des spécialistes.

Rachetée dans le plus grand secret par Google en 2014, Schaft est issue de l’Université de Tokyo. Alors que son prototype de bipède était en passe de remporter le concours de la Darpa, Google l’avait retiré de la compétition au mois de mars 2014. Deux ans de silence ont suivi. Pour revenir avec une nouvelle version à priori moins impressionnante car beaucoup plus compacte. Mais aussi beaucoup plus efficace.

Ce robot d'assistance peut gravir et descendre des escaliers, soulever 60 kilos, ou encore monter sur un tuyau sans glisser, et même faire du nettoyage. On le voit aussi s’aventurer dehors et arpenter une plage de galets sans perdre l’équilibre, ou encore se faufiler dans ses sous-bois enneigés et pentus :

Reste un design plutôt déroutant avec ses deux jambes disproportionnées et son petit corps. Mais cela lui assure un centre de gravité au plus bas et donc un équilibre à toute épreuve. Sa démarche aussi est particulière. Il n'est pas question ici d'articulations ni de dérouler une jambe sur le modèle humain. Les siennes restent rigides et glissent vers de haut en bas comme des rails pour avancer. Du coup, elles se soulèvent sans plier.

Reste un mystère : cette machine n’a pas de bras et on ignore quelle est sa capacité de préhension. On le voit notamment porter des haltères dans la vidéo mais aucune explication n’est donnée sur la façon dont il a pu les saisir. Schaft garde donc encore de nombreux secrets.

Amélie Charnay