BFM Business

Google Duo : la nouvelle appli de chat vidéo qui pourrait bien faire un flop

-

- - Google

Google propose de simplifier les appels vidéo... sauf que ceux-ci n'ont jamais vraiment séduit les utilisateurs. Faut-il alors craindre un échec pour l'appli Duo ?

Annoncée fin mai lors de la conférence développeurs de Google, l’appli de chat vidéo Duo est disponible depuis 24 heures aux Etats-Unis et dans quelques jours en France. Avec cette appli, qu’il présente comme simple et efficace, le géant du Web espère rattraper le retard qu'il pris sur le segment des conversations en vidéo. 

Google Duo veut donc concurrencer des applis de messagerie comme WhatsApp, Skype ou Facebook Messenger et surtout le service FaceTime d’Apple. La firme de Mountain View va avoir fort à faire : en 2014, Apple revendiquait déjà 20 millions appels FaceTime par jour. Mais est-ce vraiment une bonne idée de se lancer sur le segment de la visiophonie? Pas si sûr.

Un usage mis en avant pour vendre la 3G

Née dans les années 1930, il a fallu attendre une cinquantaine d’années pour voir les premières applications commerciales de visiophonie apparaître. Mais faute de débit suffisant, cette technologie n’a pas su convaincre. Ce n’est que vingt ans plus tard que la visiophonie est devenue l’une des applis vantées par les opérateurs de téléphonie pour vendre la 3G aux consommateurs. Elle a quelquefois fait le bonheur des grands-parents ne voyant que peu leurs petits-enfants... Mais au bout du compte, c'est un bide retentissant. En 2006, seuls 3% des Français possédant un téléphone mobile avaient déjà utilisé un service de visiophonie rapportait Capgemini, qui ajoutait que cet échec ne se limitait pas à la France.

Cet usage, pourtant sympathique de prime abord, s’est trouvé confronté à de nombreux problèmes : l'absence de standard, le manque de terminaux compatibles, la nécessité pour les deux interlocuteurs de se trouver dans une zone couverte en 3G, et la qualité souvent catastrophique de l'image. Des limites techniques aujourd'hui balayées... mais qui n'ont pas rendu la visiophonie plus populaire pour autant.

Des freins psychologiques

Car il existe aussi de nombreux freins psychologiques à l'utilisation de la vidéo. D'abord parce que les utilisateurs n'ont pas forcément envie que leur interlocuteur sache qu’ils appellent de leur lit ou depuis leur voiture. Plus étonnant, le fait de voir son interlocuteur peut même entraver la communication, a constaté un chercheur britannique lors d’une expérience menée en l’an 2000. La communication de visu entraîne une certaine déconcentration des deux interlocuteurs et des pensées moins clairement exprimées.

Aujourd’hui, les appels vidéo ne font toujours pas recette. Alors que les applis de messagerie permettent toutes les appels vidéo, le cabinet Deloitte a constaté, dans son étude sur les usages mobiles de 2015, qu’ils sont le moyen de communication le moins utilisé par les propriétaires de smartphones, quel que soit le pays, largement derrière les appels vocaux ou les SMS. 

-
- © -

Pas sûr donc que Google rencontre le succès avec sa nouvelle application, aussi fun soit-elle. D’autant plus que ceux qui disposent d’un smartphone sous Android sont déjà habitués aux logiciels concurrents et que les utilisateurs d'iOS ont déjà FaceTime en standard…