BFM Tech

Facebook veut savoir si vous allez lire cet article jusqu'au bout

Le fil d'actualité de Facebook

Le fil d'actualité de Facebook - BFMTV.com

Le réseau social vient d’annoncer une nouvelle méthode pour diversifier les contenus proposés à ses utilisateurs.

Si vous trouvez que votre fil d’actualité Facebook est devenu plus ennuyeux qu’il y a quelques années, ce n’est peut-être pas qu’une impression. Deux cadres du réseau social viennent d’annoncer qu’une nouvelle méthode sera déployée pour proposer des contenus toujours plus pertinents. Elle consistera à mesurer le temps passé sur chaque article consulté depuis Facebook afin de mieux diversifier les sources des utilisateurs.

Aller plus loin que le bouton "j'aime"

Jusqu’à l’an dernier, les équipes de Mark Zuckerberg se basaient essentiellement sur des éléments “tangibles” pour mesurer notre intérêt envers un contenu, comme le fait de cliquer sur le bouton “j’aime” ou de poster un commentaire. Mais en quelques mois, elles ont largement étoffé les moyens de nous cerner. Le 24 février dernier, cinq boutons “Reactions” venaient compléter le “j’aime” avec une palette d’impressions comme la colère, la tristesse, l'admiration, l'hilarité ou l'adoration. Autant de précisions en plus sur notre ressenti.

Sauf que ne pas s’impliquer sur un post ne veut pas dire que l’on ne veut pas le voir. En juin 2015, Facebook annonçait qu’il analyserait désormais le temps passé sur les posts. Arrêter le défilement vertical de son fil d’actualité sur un élément envoie désormais un signal d’intérêt à l’algorithme du réseau social. L’annonce faite ces dernières heures va plus loin puisqu’il s’agit de mesurer le temps de lecture du contenu en lui-même, après avoir cliqué sur le lien.

Des sources diversifiées

Si les navigateurs comme Chrome ou Edge ont bien souvent la main sur ces données, Facebook y a accès dans deux cas de figure. Si l’article est ouvert par le biais d’Instant Articles - une technologie permettant de lire un article directement depuis le fil d’actu, ou si celui-ci s’ouvre sur le navigateur de Facebook, ce qui est le cas sur smartphone.

Pour ne pas aboutir à des données biaisées, le temps de chargement de la page ne sera pas décompté. Un bon moyen d’inciter les médias à opter pour Instant Articles, ce qui permettrait à Facebook de mettre la main sur une partie de leurs recettes publicitaires. Par ailleurs, la durée mesurée sera plafonnée afin de ne pas favoriser artificiellement les contenus les plus longs.

Selon Facebook, les utilisateurs sont confrontés à un nombre important de publications provenant de la même source. Cette nouvelle grille d’analyse permettrait de cibler davantage les centres d’intérêts que les médias en eux-mêmes. Une évolution cohérente avec les rumeurs évoquées en début de semaine. Sur Twitter, un utilisateur avait publié une capture d’écran présentant une nouvelle méthode de tri du contenu, par rubriques thématiques. Autant d’évolutions qui éloignent toujours plus Facebook de sa fonction initiale : échanger entre amis.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech