BFM Tech

Facebook lance un nouvel outil pour prévenir les suicides

-

- - cc LoboStudioHamburg

Un utilisateur peut désormais marquer facilement un message de détresse pour le transmettre automatiquement à une équipe spécialisée du réseau social.

Que faire lorsque l’on voit des messages d’amis qui indiquent un état dépressif, voire pire ? C’est la question que s’est posé Facebook avec comme réponse une nouvelle fonction qui permet de « marquer » un message d’un ami comme révélant un potentiel comportement suicidaire.

Selon le site du New York Times, cet étiquetage anonyme transmet automatiquement le message à des équipe dédiées du réseau social qui sont spécialement formées et travaillent 24 h sur 24, 7 jours sur 7. Une équipe se charge ensuite en cas de besoin de contacter la personne à risque pour communiquer avec elle et lui fournir de l’aide.

-
- © Facebook

L’équipe de Facebook a également comme objectif de fournir de l’information afin de prévenir les suicides. Le nouvel outil du réseau social se présente sous la forme d’un simple menu déroulant, nettement plus facile à utiliser que le formulaire à remplir pour signaler un contenu de nature suicidaire.

Notons que la l'utilisateur dispose de plusieurs options dans le menu, par exemple pour envoyer un message à la personne en détresse (un texte est proposé par défaut) ou à un ami commun pour coordonner l’aide.

-
- © Facebook

Avec cet outil, Facebook tente de proposer une solution efficace mais risque d’être accusé d’influencer ses utilisateurs, comme en octobre 2014. L’éditeur avait été alors critiqué pour avoir, à des fins de recherche, manipulé les fils d'actu des utilisateurs afin de mettre en avant les messages positifs par rapport aux messages négatifs. Par exemple, l’algorithme de Facebook affichait en priorité les messages avec des commentaires du type « Félicitations ».

Le nouvel outil est toutefois différent puisqu’il repose sur la vigilance des personnes vis-à-vis des messages de leurs amis. Reste à voir si cette fonction va être reçue positivement par les 1,65 milliard d’utilisateurs du réseau social ou si il va être considéré comme du flicage à la Big Brother.