BFM Tech

Des moteurs d'avions construits pour la première fois grâce à l'impression 3D

Des ouvriers assurent la maintenance d'un réacteur. (Illustration)

Des ouvriers assurent la maintenance d'un réacteur. (Illustration) - Fred Tanneau - AFP

Après les habitations et les voitures fabriquées grâce à l'impression 3D, des chercheurs australiens se sont penchés sur les besoins de l'aéronautique. Résultat: ils ont imprimé des réacteurs d'avion.

Des voitures aux habitations, serons-nous capables de tout fabriquer grâce à l'impression 3D? Des chercheurs australiens ont annoncé jeudi avoir fabriqué pour la première fois deux réacteurs d'avions grâce à l'impression tridimensionnelle, suscitant l'intérêt de grandes sociétés internationales.

Du plastique au titane, l'évolution de l'impression 3D

Les engins - répliques du moteur à turbines à gaz de l'équipementier aéronautique français Safran, qui fournit les avionneurs européen Airbus et américain Boeing - font la démonstration du potentiel de l'impression en 3D pour produire de la haute qualité, ont déclaré les chercheurs de l'université Monash de Melbourne. "L'important, c'est la reconnaissance par les principaux fabricants et sociétés d'ingénierie comme Safran et Airbus que le matériel que vous pouvez concevoir en utilisant du métal imprimé est de qualité aéronautique", a déclaré Ian Smith, membre de l'équipe scientifique.

"C'est une technologie assez perturbatrice. Nous avons vu beaucoup de choses se passer dans le domaine du plastique et du polymère, mais ce qui est passionnant c'est que cela concerne maintenant des métaux et des métaux légers, comme le titane, le nickel et l'aluminium", a-t-il dit.

Une reproduction pièce par pièce

Inventée dans les années 1980, l'impression 3D permet de produire couche par couche un objet solide, d'après un fichier 3D. Elle utilise un processus de fabrication additive, à la fois d'injection et de solidification de matière, plastiques ou métalliques. Wu Xinhua de l'université Monash University a indiqué que son équipe, qui a travaillé un an sur ce projet, avait créé les moteurs en démontant pièce par pièce de vieux exemplaires et en scannant chaque composant.

L'un des moteurs est actuellement exposé à l'Australian International Airshow de Melbourne et l'autre se trouve à Toulouse, au siège de la société française Microturbo, spécialisée dans les turbines à gaz de petite puissance. "Wu Xinhua et son équipe de l'université Monash ont démontré leur maîtrise de la fabrication additive dans le métal", a déclaré Jean-François Rideau, responsable de la recherche et de la technologie de Microturbo.

La technologie pourrait être utilisée pour construire rapidement et à moindre coût des prototypes et des composants sur mesure, estiment les chercheurs. Les imprimantes 3D de métaux pourraient également être utilisées dans l'industrie biomédicale pour créer des prothèses ou des équipements.

D. N. avec AFP