BFM Tech

Cet énorme fusil anti-drone a une portée de 2 kilomètres

Le DroneGun de DroneShield.

Le DroneGun de DroneShield. - DroneShield

Une société australienne a mis au point une arme capable de brouiller les fréquences radio reliant un drone à son pilote. La technologie n'est pas nouvelle mais l'ampleur de l'engin et sa portée, si !

La potentialité d'une attaque terroriste par drone pousse les pays occidentaux à s'équiper en systèmes de neutralisation. Nous vous parlions il y a peu des trois solutions françaises financées par le gouvernement. Voici maintenant que la société australienne DroneShield vient de présenter une nouvelle arme contre ces engins volants : le DroneGun, que l'on peut découvrir dans une vidéo digne d'un trailer hollywoodien :

Le DroneGun est un pistolet brouilleur de radiofréquences... comme il en existe déjà en France : MC2 technologies fabrique un matériel équivalent, tout comme Thalès. Le principe : couper la liaison radio entre le pilote et le drone. D'ordinaire, l'opération se fait à partir d'une petite mallette située au sol ou à bord d'une camionnette. Mais la forme du pistolet permet de viser plus précisément dans la direction du drone, surtout si ce dernier représente une menace proche.

Là où le DroneGun se démarque, c'est par sa portée de 2 km, quand on trouve d'ordinaire des portées d'1 km sur les pistolets existants. Rappelons qu'en France, l'usage de ce type d'arme est réservé aux forces de l'ordre et que leur portée ne peut excéder 300 mètres. Le DroneGun paraît aussi très léger malgré ses dimensions encombrantes. Il ne pèse que 5,7 kg pour 85 cm X 18cm X 27cm. La batterie est embarquée classiquement dans un sac à dos.

Précisons que la vidéo compte quelques petites entorses avec la réalité. Il n'est par exemple pas possible de diriger progressivement le drone vers le sol, comme s'il était attiré par un aimant. Quand la communication est coupée, le drone se pose immédiatement au sol. L'écran du pilote qui se brouille n'est également pas très crédible.

A ce jour, le DroneGun n'a pas encore reçu l'agrément de la FCC (le gendarme des télécoms ce qui limite pour le moment son exportation.

Amélie Charnay