BFM Business

Ce téléphone du MIT s’assemble (presque) tout seul

-

- - MIT

Le laboratoire Self-Assembly du MIT a pour projet de concevoir des objets capables de s'auto-assember afin de faciliter leur fabrication.

Prenez un téléphone et mettez-le dans le tambour d’une machine à laver. Il y a de grandes chances qu’il se casse après quelques rotations. Ce ne sera pas le cas du modèle conçu par le MIT (Massachusetts Institute of Technology), plus particulièrement son laboratoire Self-Assembly, dont le but est de concevoir des objets capables de s’assembler tous seuls.

Comme le montre la vidéo ci-dessus, les différentes pièces du téléphone s’assemblent automatiquement dans le tambour en rotation grâce à un système d’aimants. Dans la vidéo, six pièces séparées créent deux téléphones. De plus, la rotation du tambour est suffisamment réduite pour ne pas abîmer les différentes parties.

L’objectif est de concevoir des appareils électroniques à destination du grand public qui ne nécessitent pas une énorme main d’œuvre ou des appareils sophistiqués pour l’assemblage, ce qui permettrait de diminuer les coûts de fabrication, voire de laisser les utilisateurs s’occuper de l’assemblage.

Dans son entretien au site Fast Company, Skylar Tibbits du MIT précise : "Si vous regardez comment les choses sont fabriquées à toute autre échelle autre que l'échelle humaine, par exemple au niveau de l’ADN, des cellules et des protéines, mais aussi à l'échelle planétaire, tout est construit à travers l'auto-assemblage". Il ajoute "Mais à l'échelle humaine, c’est le contraire. Tout est construit de haut en bas. Nous prenons des composants et nous les forçons ensemble."

Selon le chercheur, ce concept ouvre également la voie à des téléphones modulaires comme ceux du projet Ara de Google. Skylar Tibbits travaille sur l’impression 4D, c’est-à-dire des objets imprimés en 3D mais qui vont changer de forme, voire s’assembler avec le temps, la quatrième dimension.