BFM Tech

Ce drone pourrait déminer la planète en moins de 10 ans

Mine Kafon Drone

Mine Kafon Drone - Minekafon.org

Transport de colis, de médicaments, d'organes ou encore aide à la surveillance de lieux sensibles : les drones gagnent en compétences. L'un des prochains modèles en cours d'élaboration chez Mine Kafon serait un démineur hors pair.

100 millions de mines seraient actuellement disséminées à travers le monde. Certaines étant encore actives alors que les conflits qui ont provoqué leur implantation sont finis depuis bien longtemps, continuant à faire des victimes. Pour lutter contre ce fléau, le designer Massoud Hassani, afghan de 33 ans vivant aux Pays-Bas, a mis au point le Mine Kafon Drone, un appareil volant capable de quadriller une zone, y repérer des mines et les faire exploser à distance. Rappelons que c'est aussi ce designer qui avait conçu la boule à tige de bambou, baptisée Mine Kafon, capable de déminer, elle aussi, certaines zones. Ce projet avait vu le jour en 2011 à la suite d'une campagne de financement participatif et donnait naissance, 2 ans plus tard, à la fondation de Mine Kafon R&D Lab par M. Hassani.

Sa campagne Kickstarter a débuté il y a deux jours et durera jusqu'au 31 août. A l'heure où nous écrivons ces lignes, 341 personnes ont déjà contribué à hauteur de 14 100 €. Un montant de 70 000 € doit être atteint pour améliorer le design de l'appareil, développer les stations d'atterrissage, tester le drone en condition et former les pilotes. Car la mise en oeuvre du processus demande un peu d'entrainement, le drone ne pouvant pas tout faire seul.

Un déminage qui couterait 200 fois moins cher que les méthodes actuelles

Equipé de 6 rotors, le Mine Kafon Drone opte pour une forme cylindrique et peut se voir adjoindre trois modules dans sa recherche d'engins, chacun ayant un rôle bien précis. Bien entendu, entre chaque étape, le drone doit revenir auprès de son pilote pour voir ses fonctions réajustées.

Le premier module sert à cartographier la zone que l'on souhaite explorer et avoir un retour, sur une carte détaillée, des différents emplacements possibles des mines.

-
- © Minekafon.org

Le second module est un bras articulé au bout duquel se trouve un détecteur de métal servant à repérer le boîtier en métal des engins explosifs enfouis. Et à les marquer précisément avec des coordonnées GPS.

-
- © Minekafon.org

Le troisième accessoire est un bras robotisé qui se charge de poser de toutes petites charges (grosses comme des balles de tennis) juste au dessus des mines afin de les faire sauter. Le drone reprend alors de l'altitude et rentre à la base. Il ne reste plus qu'à déclencher les charges pour faire place nette.

-
- © Minekafon.org

Si l'ensemble de la procédure peut paraître longue, elle prendrait 20 fois moins de temps et coûterait 200 fois moins cher que les opérations de déminage actuelles (chiffres donnés par les créateurs). Des opérations qui engagent bien souvent des véhicules, des animaux mais aussi des hommes dont la sécurité n'est que toute relative, et ce malgré l'équipement utilisé et perfectionné année après année. Sans parler du temps investi, des difficultés à atteindre certaines zones ou encore du des aléas liés à la météo.

Les créateurs du MKD sont toutefois conscients que leur solution n'est pas encore parfaite. Elle est notamment incapable de détecter les mines enfouies trop profondément (le drone frôle le sol à 4 cm) et, surtout, s'appuie sur des coordonnées GPS. Coordonnées dont on sait que la marge d'erreur peut parfois atteindre 4 mètres dans les zones les plus accidentées ou mal couvertes. Cependant, Massoud Hassani et ses équipes travaillent à l'utilisation d'un processus de triangulation via des antennes externes disposées autour d'une zone pour affiner la géolocalisation et donc, accroitre l'efficacité de l'appareil.