BFM Business
Tech

L'administration Trump se lance dans un dernier bras de fer pour bannir TikTok

Donald Trump avait signé un décret interdisant, dans les 45 jours, toute transaction "des personnes sous juridiction américaine" avec ByteDance, la maison-mère chinoise de TikTok.

Donald Trump avait signé un décret interdisant, dans les 45 jours, toute transaction "des personnes sous juridiction américaine" avec ByteDance, la maison-mère chinoise de TikTok. - Lionel BONAVENTURE, JIM WATSON © 2019 AFP

Le gouvernement américain vient tout juste de faire appel d'une décision de justice, pour mieux interdire la très populaire application aux Etats-Unis. TikTok pourrait jouer la montre jusqu'au changement d'administration.

Le gouvernement américain a fait appel lundi d'une décision de justice empêchant le ministère du Commerce d'imposer à TikTok des restrictions, qui auraient abouti à l'interdiction du réseau social aux Etats-Unis.

Washington indique dans un document judiciaire succinct, consulté par l'AFP, interjeter appel, sans donner davantage d'informations.

Le 7 décembre, le juge Carl Nichols d'un tribunal de Washington avait suspendu un décret de l'administration Trump visant à bannir sur le sol américain TikTok, propriété du groupe chinois ByteDance, pour des raisons de sécurité nationale. Le magistrat avait jugé cette tentative "arbitraire et capricieuse".

100 millions d'utilisateurs Américains

Ce décret avait été pris en août dans le cadre de plusieurs lois sur l'urgence nationale afin de réclamer des mesures contre la populaire plateforme de vidéos courtes, qui revendique 100 millions d'utilisateurs aux Etats-Unis.

Le texte fait notamment état de "menaces sur la sécurité nationale" des Etats-Unis et s'alarme du fait que les données personnelles des utilisateurs de TikTok puissent être utilisées par Pékin.

ByteDance rejette ces accusations d'espionnage au profit du gouvernement chinois, mais l'administration Trump exige qu'elle fasse passer sous pavillon américain les actifs de TikTok aux Etats-Unis.

Toujours sur le front judiciaire, une audience est prévue en février devant une cour d'appel américaine sur une autre décision d'une juge d'instance rendue le 30 octobre dernier.

Des craintes pour la "sécurité nationale"

Saisie par trois créateurs de contenus TikTok, la juge Wendy Beetlestone, en Pennsylvanie (est) avait ordonné à l'administration américaine de ne pas empêcher d'autres entreprises de fournir des services essentiels à la plateforme, comme l'hébergement en ligne.

La bataille judiciaire entre TikTok et l'administration Trump est tentaculaire: en septembre, le même juge Nichols avait déjà infligé un cuisant revers au ministère du Commerce en bloquant un arrêté visant à forcer Apple et Google à retirer TikTok de leurs plateformes de téléchargement d'applications mobiles.

Un procès en appel sur cette dernière affaire a eu lieu mi-décembre à Washington. La décision a été mise en délibéré.

L'administration Trump et ByteDance, qui mènent des discussions en parallèle, ne sont pas parvenus à un accord dans le délai imposé par le gouvernent début décembre, mais ont convenu de poursuivre les négociations.

Tout accord que conclura ByteDance sera aussi soumis à l'approbation de Pékin, qui impose des restrictions sur les exportations de technologies développées par des entreprises chinoises. Parmi elles, le très pertinent algorithme de recommandation de TikTok, qui a fait sa renommée.

E.T. avec AFP