BFM Business

Il nomme son entreprise "Goooglie Cars": Google l'attaque en justice

Goooglie Cars à Londres

Goooglie Cars à Londres - Google Maps

L'entreprise américaine reproche à ce chauffeur de taxi londonien d'avoir profité de sa réputation en baptisant son entreprise "Goooglie Cars" et en utilisant un logo similaire au sien. Il vient d'être condamné à payer 10.000 livres au titre des frais de justice.

Une confrontation digne d’un duel entre David et Goliath. Sauf que cette fois, c’est bien le géant qui l’a emporté. La justice britannique a condamné lundi Sohail Nagi, un chauffeur de taxi londonien, a payé 10.000 livres (11.700 euros) à Google au titre des frais de justice après une plainte déposée par l’entreprise californienne, rapporte Bloomberg.

Google accusait ce chef d’entreprise installé dans le sud de Londres d’avoir profité de sa réputation en baptisant sa société de taxis "Goooglie Cars". Le géant californien lui reprochait en outre d’avoir adopté un logo semblable au sien avec une police et des couleurs similaires.

Un nouveau logo

Si un verdict vient d’être rendu, l’affaire remonte à quelques années. Et pour cause, Google a interpellé Sohail Nagi dès 2012. Après des semaines de discussions, le chauffeur de taxi avait accepté de modifier son logo en remplaçant les "O" par des balles de cricket noires (en référence au googly, un type de lancer pratiqué dans ce sport).

Mais Solhail Nagi n’aurait pas immédiatement respecté ses engagements. Selon l’avocat de Google, Maxwell Keay, il se serait exécuté seulement après avoir pris connaissance de la plainte qui visait sa société de taxis.

Le juge l’a finalement condamné à payer dans les 28 jours 10.000 livres à Google. Soit environ la moitié des frais de procédure véritablement engagés. En revanche, il a rejeté la demande de Google qui réclamait à Goooglie Cars de changer de nom, estimant que le nouveau logo inspiré du cricket est "extrêmement difficile à associer à Google".

Paul Louis