Mark Zuckerberg, le 11 avril 2018, devant le Sénat américain.
 

Bringuebalé de scandale en scandale, le plus large réseau social au monde se distingue par son goût particulier pour les excuses publiques. Au risque de donner un sentiment de déjà-vu. 

Votre opinion

Postez un commentaire