BFM Business

Infecté par les pires virus informatiques, un ordinateur vendu 1,2 million d’euros

Un ordinateur portable contenant six virus informatiques parmi les plus dangereux a été vendu aux enchères pour 1,345 million de dollars. L’acheteur s’est engagé à ne pas le connecter à Internet.

A première vue, cette ordinateur n’a rien de particulier. Mais dans les faits, ce Netbook Samsung NC10 datant de 2008 et doté du système d'exploitation Windows XP SP3 est un musée à lui tout seul. Mise aux enchères par l’artiste Guo O Dong, la machine abrite les virus informatiques les plus dévastateurs de ces dernières années: "ILOVEYOU"(2000), "MyDoom" (2004), "SoBig" (2003), "DarkTequila" (2013), "BlackEnergy" (2015) et "Wannacry" (2017) y sont notamment installés. Elle vient d’être adjugée pour 1,345 million de dollars, soit 1,2 million d’euros.

-
- © -

95 milliards de dollars de dégâts

Ces virus ont causé au moins 95 milliards de dégâts depuis deux décennies, précise Guo O Dong, le créateur de cette oeuvre d'art, baptisée "La persistance du Chaos" (The persistence of Chaos"). Il se présente comme un artiste numérique contemporain dont les oeuvres critiquent "l'extrême culture en ligne moderne". La vente aux enchères est également l’occasion pour son sponsor, la firme de sécurité informatique Deep Instinct, de promouvoir ses solutions de cybersécurité.

L'ordinateur, qui se trouve à New York, était visible en streaming pendant les enchères. Il était allumé, mais non connecté au réseau internet. Il sera livré avec son cordon d'alimentation mais l'acheteur s'est engagé à laisser l'ordinateur déconnecté pour ne pas propager ces virus, indique le site.

L'oeuvre d'art "permet l'étude des logiciels malveillants et permet à ceux intéressés dans l'analyse de ces logiciels (ou peut-être dans un cadre professionnel) d'avoir accès à un logiciel en état de fonctionnement, d'analyser la façon dont ils opèrent ou permettre à des gens de bloquer des logiciels spécifiques dans leur environnement", expliquent les organisateurs.

Raphael Grably avec AFP