BFM Business

Covid-19: comment une intelligence artificielle anticipe les hospitalisations

Dans les rues de Stuttgart, en Allemagne, le 2 novembre.

Dans les rues de Stuttgart, en Allemagne, le 2 novembre. - THOMAS KIENZLE / AFP

Des chercheurs de l'Inria ont développé, en collaboration avec l'AP-HP, un algorithme capable de prédire l'évolution de l'épidémie du Covid-19 et des hospitalisations. Quatre centres Samu en sont déjà pourvus.

Alors que le pic de la seconde vague du Covid-19 serait derrière nous, selon le ministre de la Santé Olivier Véran, comment envisager l'avenir? Des recherches menées par des médecins de l’AP-HP et des mathématiciens de l’Inria et de Polytechnique, ont permis de donner naissance à un outil capable d’analyser l’évolution du virus et de prédire toute résurgence de l’épidémie, rapporte L'Usine Nouvelle. Cet algorithme pourrait permettre de définir des mesures sanitaires spécifiques selon les régions et de prédire des clusters géolocalisés, dans l'éventualité de la mise en place de confinements locaux.

Laurent Massoulié, directeur de recherche à l’Inria (Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique) a présenté ses travaux lors d'un forum en ligne de France Digitale, dédié à l'intelligence articielle, ce lundi 16 novembre.

Analyse des appels au Samu

Menées en collaboration avec l'AP-HP, ces recherches sont basées sur les appels reçus par le Samu en région parisienne, au cours des mois de mars et avril, lors de la première vague de l'épidémie. A l'époque, le premier confinement avait été déclaré, le télétravail généralisé, et les écoles fermées.

Pour élaborer leur algorithme, les chercheurs ont pris en compte deux signaux. "Les appels au Samu de personnes ayant des symptômes mais ne nécessitant pas l’envoi d’une ambulance", et "les appels qui ont donné lieu à l’envoi d’une ambulance", a expliqué Laurent Massoulié, directeur de recherche à l’Inria, à nos confrères de L'Usine Nouvelle.

Ces deux paramètres représentent les signaux les plus précoces de l'évolution de l'épidémie. Ils permettent d'anticiper les cas graves, qui surviennent généralement une semaine après l'apparition des premiers symptômes, et de prévoir la prise en charge urgente de ces patients.

L'algorithme, qui utilise l'intelligence artificielle, est déjà opérationnel. Il a été utilisé le 5 avril pour évaluer l'efficacité du confinement, avec plusieurs jours d'avance. Quatre centres Samu de la région parisienne (Paris, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne) en sont pourvus.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech