BFM Business

Caméras-piétons: face à du matériel défaillant, des policiers ont utilisé des caméras personnelles

Fournies par le fabricant chinois Hikvision, les caméras-piétons utilisées actuellement cumulent les défauts, poussant des policiers à s'équiper de leur propre matériel vidéo.

Lors du "Beauvau de la sécurité", mercredi 15 septembre 2021, Emmanuel Macron s'est félicité du renouvellement des caméras piétons qui équipent les forces de l'ordre.

Ce contrat, signé au printemps 2021 avec Motorola, a pour but de remplacer les 10.000 caméras d'origine chinoise précedemment utilisées. En effet, ces objets fournis par Allwan Security, revendeur du chinois Hikvision, présentaient de nombreux défauts: batteries très peu performantes, ou encore mauvaise qualité d'image et de son.

Selon un rapport écrit conjointement par l'IGPN, l'IGA et l'IGGN, et publié ce 16 septembre par Mediapart, les défauts de ces caméras chinoises auraient poussé certains agents des forces de l'ordre à s'équiper de leurs propres caméras, "en dehors de tout cadre légal".

Ainsi, certains supérieurs hiérarchiques ont financé l'achat de GoPro, de petites caméras portatives grand angle, avec les dotations de leur service.

Les images personnelles exploitables

"Des responsables hiérarchiques, y compris de haut niveau, confirment à la mission qu’ils n’ont pas interdit à leurs subordonnés l’emploi de caméras personnelles pour se défendre, le cas échéant, contre des mises en cause qui s’avèrent de plus en plus fréquentes", peut-on lire dans le rapport relayé par Mediapart.

Ces agissements, connus en interne, ont amené la Cnil a envoyer une mise en demeure au ministère de l'Intérieur, interdisant l'usage de "caméras personnelles dans l'exercice de leur fonction".

Mediapart rappelle que les policiers ne peuvent toutefois pas être légalement poursuivis pour ces agissements: le principe de la "preuve libre" en droit leur permet de fournir ces images, mêmes personnelles, à la justice.

Le rapport précise également que les quelque 11.000 caméras chinoises ont été acquises pour 4,5 millions d'euros, pour un contrat initial de 2,8 millions d'euros. Soit plus de 400 euros par unité.

Désormais ce sont donc les caméras de Motorola qui doivent équiper les forces de l'ordre. A ce jour, 30.000 d'entre elles ont été commandées pour les policiers et les gendarmes pour un total de 15 millions d'euros. Soit 500 euros l'unité. Elles doivent être entièrement deployées d'ici à 2023.

Victoria Beurnez