BFM Business

Après Instagram et Snapchat, YouTube imite TikTok avec une nouvelle fonction baptisée Shorts

La nouvelle fonction Shorts, de YouTube

La nouvelle fonction Shorts, de YouTube - YouTube

La plateforme de vidéo lance aux Etats-Unis une première version de Shorts, son outil de courtes vidéos musicales. Une fonction très inspirée de son rival chinois TikTok.

YouTube a lancé jeudi aux Etats-Unis une première version de son outil de création et de partage vidéos légères Shorts, censée concurrencer la populaire application TikTok. Lors de tests en Inde, ce nouveau service de la plateforme de vidéos de Google avait accumulé jusqu'à 6,5 milliards de vues par jour, a affirmé Todd Sherman, responsable produits de YouTube Shorts.

Des contenus à monétiser

"Nous lançons YouTube Shorts en version bêta aux Etats-Unis à partir d'aujourd'hui en même temps que nous continuons à développer l'expérience aux côtés de notre communauté mondiale", affirme Todd Sherman. "Nous envisageons d'ajouter des fonctionnalités supplémentaires avec la poursuite du développement de Shorts aux côtés de créateurs et d'artistes."

YouTube étudie également comment les utilisateurs de Shorts vont pouvoir monétiser leurs contenus, précise Todd Sherman. D'autres géants américains d'internet ont lancé leurs propres services de vidéos légères ces derniers mois, espérant rivaliser avec TikTok, que l'administration Trump avait menacé d'interdiction aux États-Unis.

L'ancien président avait accusé, sans preuve tangible, le groupe chinois ByteDance, propriétaire de TikTok, d'espionnage au profit de Pékin. Début mars, Netflix a lancé la fonctionnalité "Pour Rire" sur son application mobile, permettant de regarder de courts extraits à caractère humoristique.

En novembre, Snapchat a pour sa part lancé Spotlight, un fil public de contenus produits par ses utilisateurs. Instagram, dont la maison mère est Facebook, s'est également mis aux formats courts en vidéo avec Reels, qui a fait ses débuts l'été dernier.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably avec AFP Chef de service BFM tech