Tech&Co
Actualités

De la fuite à la révolte: que se passe-t-il avec les travailleurs de la plus grande usine d'iPhone?

Confinés depuis début novembre, les employés de l'usine chinoise ont défilé aux abords de l'usine pour dénoncer leurs conditions de travail et leurs salaires. Des violences ont éclaté lors de la manifestation.

C'est une scène rare dans le pays. Le site de fabrication de Foxconn, à Zhengzhou, en Chine, est le théâtre de manifestations depuis cette nuit du 23 novembre. Les travailleurs, confinés depuis début octobre après la découverte d'un foyer de Covid-19, ont défilé aux abords de l'usine pour revendiquer le droit à un meilleur salaire et à de meilleures conditions de travail.

Mais de nombreuses photos et vidéos publiées sur les réseaux sociaux font état de heurts et violences survenus lors de la manifestation où l'on voit les manifestants faire face aux forces anti-émeutes et à plusieurs rangées de personnes vêtues de combinaisons blanches. Foxconn a officiellement confirmé dans un communiqué de presse qu'il y avait eu des "violences" entre les employés et les forces de l'ordre.

Les employés veulent défendre leurs droits

Foxconn emploie environ 200.000 personnes dans cette usine du nord-est du pays, dont la majorité sont hebergées dans des dortoirs. Mais en Chine, les conditions drastique des confinements pèsent de plus en plus sur la population. Pour le site de Foxconn, surnommé "iPhone City", cela implique de ne pas laisser les employés rentrer chez eux... tout en continuant à travailler.

Alors fin octobre, certains travailleurs ont tout simplement décidé de fuire l'usine à pied même si l'entreprise a offert des primes aux travailleurs choisissant de rester sur place. Début novembre, c'est une zone plus large qui est confinée tandis que des employés continuent de dénoncer le chaos et le manque de nourriture dans l'usine.

Selon certaines sources, plusieurs milliers d'employés nouvellement recrutés auraient également initié la manifestation lorsqu'ils ont appris qu'ils seraient hébérgés et travailleraient aux côtés d'employés ayant été contaminé par le Covid-19, une situation contraire à ce qui leur avait été contractuellement indiqué. Foxconn a nié dans son communiqué avoir hébérgé ces nouveaux travailleurs avec des personnes positives au Covid-19.

"Dernières nouvelles de l'iPhone City de Foxconn à Zhengzhou: les nouveaux employés luttent avec les agents de sécurité pour tenter de sortir de l'usine. La raison: Foxconn a tenté de recruter environ 100.000 nouveaux employés après que d'anciens employés aient pris la fuite. Il avait été dit aux nouveaux qu'ils ne seraient pas mélangés avec les anciens employés pouvant avoir le Covid. Mais ils ont appris qu'ils ne seraient finalement pas séparés, et se sont sentis floués. Les termes de leurs contrats étaient également différents de ce qui leur a été promis", déclare cette journaliste.

"Un employé de Foxconn a diffusé des images en direct de la manifestation à l'usine de Zhengzhou. Il a précisé que les employés ont défilé hors de leurs dortoirs ce matin pour demander des compensations, et ils font désormais face à la police anti-émeute", partage cette journaliste.

"En ce qui concerne toute violence, Foxconn continuera à communiquer avec les employés et le gouvernement [chinois] pour éviter que des incidents similaires ne se reproduisent", indique l'entreprise dans son communiqué.

Un impact sur la production d'iPhone

L'entreprise a également confirmé avoir reçu des plaintes de ses salariés concernant les conditions de travail et les bas salaires.

Ce complexe, surnommée iPhone City, est le plus gros fournisseur chinois d'iPhone, et propriété du sous-traitant taïwanais Foxconn. Il assemble des produits électroniques pour un grand nombre de marques internationales, dont Apple.

Apple a indiqué début novembre que la fermeture du site, qui fonctionnait en circuit fermé depuis le début du confinement, a "temporairement affecté" la production, et pourrait avoir un impact sur les ventes de fin d'année, une période charnière pour l'entreprise californienne.

Victoria Beurnez