BFM Lyon

"On vit très bien ici": après les violences à la Duchère, des Lyonnais défendent leur quartier

Plusieurs riverains interrogés par BFM Lyon tentent de lutter contre l'image d'insécurité qui colle à cette partie du 9e arrondissement.

Insécurité, incivilités, trafic de drogue: de nombreuses étiquettes collent au quartier de La Duchère, situé dans le 9e arrondissement de Lyon. Les tirs dirigés contre des policiers de la BAC puis du RAID, lundi soir, alors qu'ils intervenaient près d'un point de deal, n'ont pas arrangé les choses. "On est sur un territoire qui souffre socialement, qui est souvent considéré comme la première banlieue de Lyon alors qu'il est dans Lyon, résumait mercredi Jean-Christophe Vincent, président du club de football Lyon-La Duchère, sur BFM Lyon.

De l'intérieur, le son de cloche est différent. Pour la plupart des riverains interrogés par BFM Lyon, le quartier est globalement tranquille. "Tout le monde se ressemble, tout le monde se connaît. Il n'y vraiment pas de peur dans le quartier de La Duchère", assure une Lyonnaise.

Un autre habitant, confirme: "Je trouve que dans ce quartier, on est bien. Ce qui se passe, se passe de partout, dans toute la France. C'est des histoires et c'est comme ça. Il ne faut pas généraliser."

Des avis nuancés

"On a monté en épingle un petit peu beaucoup les événements, mais la vie dans le quartier reste agréable, souligne une troisième riveraine. Au quotidien, il n'y a aucun souci. On vit très bien ici."

Le sentiment est malgré tout un peu différent pour ceux qui ont été confrontés aux violences, comme cette femme qui a vécu la fusillade depuis l'appartement de sa soeur. "Je pense qu'elle va déménager. Elle m'a dit: 'Je ne peux pas vivre ici avec mes enfants'", soutient celle qui déplore un "non-respect même pour les personnes qui sont plus âgées".

Anne Braibant, maire EELV du 9e arrondissement, souhaite relativiser. "Je déplore fortement que La Duchère ne soit mise en avant que lors de moments négatifs", a-t-elle indiqué à notre micro.

"Ce n'est pas le Chicago des années 30"

"Je ne dis pas qu'il ne se passe rien, nuance-t-elle. Mais La Duchère n'est pas un quartier à stigmatiser, ce n'est pas une zone de non-droit. Ce n'est pas le Chicago des années 30. Il y fait bon vivre, avec une vigilance particulière et un travail de terrain qui est en route et qui se poursuit."

Reste toutefois que la fusillade a remis en débat la question de la vidéosurveillance dans la ville de Lyon. Et entraîné une passe d'armes entre Grégory Doucet, l'actuel maire, Gérard Collomb, son prédécesseur, et Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur. Ce dernier avait regretté l'absence de caméras et sommé Grégory Doucet de "sortir de son idéologie". Une critique à laquelle a souscrit Gérard Collomb.

"L’idée, c’est d’optimiser en permanence notre couverture, a rétorqué l'élu écologiste, arguant que 60 caméras étaient déjà en fonctionnement dans le quartier. Il n'y a pas d'idéologie, je suis très pragmatique. On cherche à faire en sorte que notre dispositif de vidéoprotection soit le mieux maillé possible."

À ce jour, l'enquête sur la fusillade de lundi n'a mené à aucune interpellation. Le ou les tireurs sont toujours en fuite. Selon le préfet, les tirs essuyés par les policiers sont en lien avec les actions des autorités contre "les lieux de deal".

Jérémy Pain avec Florian Bouhot