BFM Lille

Un collectif féministe accuse Darmanin de "trafic d'influence" et saisit le parquet de Lille

Gérald Darmanin

Gérald Darmanin - Gaizka Iroz

Le ministre de l'Intérieur, visé par une plainte pour viol, est accusé par le collectif Pourvoir féministe de "trafic d'influence" dans une autre affaire.

Le collectif Pourvoir féministre accuse Gérald Darmanin de "trafic d'influence" et saisit le parquet. L'association a adressé un courrier au parquet de Lille dans le cadre d'une affaire remontant à 2015, rapporte le quotidien La Voix du Nord.

Une affaire distincte de la plainte pour viol dont fait l'objet le ministre et pour laquelle une enquête préliminaire pour "abus de faiblesse" avait été classée sans suite en 2018.

En cause, des faits dénoncés par une habitante de Tourcoing alors que Gérald Darmanin était maire de la ville. En 2015, cette habitante avait affirmé s'être sentie "obligée" d'avoir des relations sexuelles avec le maire pour obtenir un logement.

"Imaginez, vous êtes extrêmement précaire (...) vous cherchez un logement, un travail. Et vous vous dites que peut-être, le maire de votre commune pourra vous aider. Et ça marche, le maire promet de soutenir vos démarches! Sauf qu'il vous fait comprendre que pour cela, il va falloir coucher", résume le collectif Pourvoir féministe.

Une réouverture des poursuites?

L'association a effectué auprès du parquet une "dénonciation de faits pouvant constituer une infraction pénale" et non une plainte, l'association n'ayant pas elle-même été victime. Par cette action, le collectif espère donner lieu à de nouvelles poursuites sur le motif du "trafic d'influence".

"En l'espèce, on a trace qu'il a écrit à quatre bailleurs sociaux pour leur demander d'examiner le dossier HLM d'une femme. Le souci, c'est qu'elle dit qu'avant ça, il est venu chez elle et qu'elle s'est sentie obligée de lui faire une fellation", explique à Europe 1 Anaïs Leleu, présidente de l'association.

"Si les faits sont avérés, si Gérald Darmanin a sollicité ou même accepté un rapport sexuel avant d'intervenir en faveur d'une citoyenne, il y a ce que l'on appelle trafic d'influence, corruption", poursuit-elle.

Outre son action en direction du parquet de Lille, le collectif Pourvoir féministe relaie aussi un appel à saisir la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, l'autorité administrative chargée de veiller à l'exemplarité des responsables publics.

https://twitter.com/caroleblanchard Carole Blanchard Cheffe de service BFM Régions