BFM Eco

Victimes de la crise du secteur, deux paquebots de croisière emblématiques vont finir à la casse

Le Sovereign of the Seas est le premier de trois paquebots de croisière identiques construit par les Chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire pour le compte de Royal Caribbean International.

Le Sovereign of the Seas est le premier de trois paquebots de croisière identiques construit par les Chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire pour le compte de Royal Caribbean International. - Piergiuliano Chesi/Licence CC by3.0

Deux paquebots de croisière construits dans les chantiers navals de Saint-Nazaire vont finir leur carrière pour être démantelés. Leur propriétaire, la compagnie espagnole Pullmantur s'en débarrasse après avoir été placée en redressement judiciaire, victime de la pandémie.

Fin de partie pour les paquebots "Sovereign of the Seas" et "Monarch of the Seas" qui vont terminer prématurément leur carrière dans un chantier naval pour y être démantelés. Selon Ouest-France. "ces deux navires emblématiques des chantiers navals de Saint-Nazaire connaîtraient déjà leur ultime escale, le chantier de démolition Aliaga, près d'Izmir en Turquie".

Le croisiériste espagnol Pullmantur a déposé le bilan

Ces deux paquebots, âgés de 32 ans (pour le premier) et 28 ans (pour le second), ont pour propriétaire le croisiériste espagnol Pullmantur, en grande difficulté financière. Victime de la pandémie qui a stoppé toutes ses croisières, cette société a été placée en redressement judiciaire, plombée par de lourdes pertes engendrées par trois mois d’inactivité.

Ses actionnaires, le fonds Cruise Investment Holding (51%) et l’armateur américain RCCL (Royal Carribean Cruise Line, 49%) ont annoncé une réorganisation de leur filiale.

Le "Sovereign of the Seas" fut mis en service en janvier 1988

Le "Sovereign of the Seas" est le premier de trois paquebots identiques construits par les chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire. Il fut à l'époque le premier navire géant de croisière (2350 passagers, 268 mètres de longueur) construit depuis le défunt paquebot France. Il fut mise en service en janvier 1988.

"Les Chantiers de l'Atlantique vont se faire une réputation en utilisant l'assemblage et la préfabrication lourde de tous les éléments du navire. À la suite de ce bateau, sont lancés le "Monarch of the Seas" et un an plus tard le Majesty of the Seas".

La mise à la casse de ces deux navires, certes âgés et proches de leur fin de vie commerciale, illustre les graves difficultés du secteur des croisières. La pandémie a bloqué des paquebots de différents armateurs en avril et mai pour des cas suspects ou avérés de contamination au coronavirus.

Costa Croisières a suspendu ses voyages jusqu'au 15 août

De son côté, Costa Croisières, marque du numéro un mondial du secteur Carnival, a annoncé il y a quelques jours la prolongation jusqu'au 15 août de la suspension de ses croisières dans le monde ainsi que l'annulation de toutes ses croisières estivales en Europe du Nord, en raison de l'épidémie de Covid-19.
"Cette décision est liée à l'incertitude d'une réouverture progressive des ports aux navires de croisière et aux restrictions qui pourraient encore être en place pour les déplacements des personnes en raison de la pandémie mondiale Covid-19", regrette le croisiériste dans un communiqué. Initialement, la compagnie avait pris cette décision jusqu'à fin juin, avant de la prolonger fin mai jusqu'au 31 juillet.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco