BFM Business

Valeo va baisser sa masse salariale de 10% mais ne licenciera pas

Valéo emploie plus de 1000 salariés dans son usine d'Amiens.

Valéo emploie plus de 1000 salariés dans son usine d'Amiens. - François Lo Presti-AFP

La direction de l'équipementier automobile a proposé un plan d'économie aux syndicats mais sans licenciement ni fermeture d'usine.

Pas de licenciement mais des gels de salaire. C'est ce qu'a proposé ce mercredi la direction de Valeo aux syndicats. En négociation depuis juillet dernier avec ses représentants du personnel, l'équipementier automobile français a soumis ses propositions ce mercredi qui seront soumises au vote syndical le 29 septembre prochain, assurent Les Echos.

Concrètement, la direction de Valeo s'engage à ne fermer aucun site industriel et à ne procéder à aucun licenciement sec d'ici deux ans mais compte en échange économiser 100 millions d'euros par an, ce qui représente 10% de la masse salariale en France. Un objectif qui devait être atteint, selon une source syndicale.

Les salaires devront donc être gelés sur la période et certaines rémunérations exceptionnelles comme les primes de progrès ou les médailles du travail seront revues à la baisse.

Des départs possibles

Si les syndicats ont obtenu qu'il n'y ait pas de plan de sauvegarde de l'emploi ces 24 prochains mois, la direction pourra toutefois se séparer de salariés via des ruptures conventionnelles ou des plans de départ volontaire. D'ailleurs, le groupe s'est déjà séparé de 2000 salariés au premier semestre. Si l'accord est signé, il devrait entrer en application à partir du mois d'octobre.

En grande difficulté comme l'ensemble du secteur, Valeo a vu son chiffre d'affaires chuter de 28% au premier semestre et accuse une perte de 1,21 milliard d'euros. Déjà touché par le ralentissement du marché automobile, l'équipementier a vu ses résultats plonger dans le rouge à cause de la crise sanitaire.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco