BFM Business
Economie

Vaccins: le patron de Sanofi France dénonce le "bashing" à l'encontre du laboratoire

Le titre Sanofi recule après le revers sur le vaccin

Le titre Sanofi recule après le revers sur le vaccin - AFP

Alors que son entreprise est au centre de moqueries et de critiques depuis l'annnonce du retard de son vaccin, le patron de Sanofi défend le choix technologique de son entreprise pour le vaccin et dénonce le "Sanofi bashing".

Le patron de Sanofi France a dénoncé mercredi le "bashing" auquel le laboratoire fait face depuis qu'il a annoncé un retard pour son principal candidat-vaccin contre le Covid-19 et a défendu ses choix stratégiques dans la course au vaccin.

"Je trouve assez irresponsable, au fond, que certains élus qui sont là pour essayer d'accompagner leurs groupes nationaux, fassent du bashing, j'en ai un peu assez du "Sanofi bashing"", a déclaré sur LCI Olivier Bogillot, patron de Sanofi France.

"Quand j'entends certains élus qui se font un peu de pub sur le dos de Sanofi dans le cadre de cette crise, je trouve ça un peu lamentable", a-t-il ajouté.

Olivier Bogillot a défendu les choix stratégiques du laboratoire français dans la course au vaccin contre le Covid-19. "Si on devait refaire l'histoire, au mois de mars on referait exactement le même choix", a-t-il affirmé. "On prend la technologie qui nous apparait comme étant celle qui a le plus de promesses".

"Notre choix est rationnel"

"On ne choisit pas l'ARN messager parce qu'on ne sait pas si ça va marcher, on ne choisit pas l'adénovirus qu'a utilisé AstraZeneca ou Johnson & Johnson parce qu'on sait que ce type de vaccin a une efficacité moindre, d'ailleurs on le voit (...) donc on fait ce choix-là de protéine recombinante adjuvanté, on s'associe avec GSK, qui a le meilleur adjuvant sur le marché et on fait un choix qui est totalement rationnel", a détaillé Olivier Bogillot.

Le vaccin de Sanofi, développé avec le britannique GSK et utilisant la technologie de la protéine recombinante, était initialement annoncé pour l'été 2021. Il a toutefois essuyé un revers après des essais cliniques décevants et devrait finalement être prêt d'ici à la fin de l'année. En attendant, Sanofi a annoncé qu'il allait produire au second semestre le vaccin contre le Covid-19 de ses concurrents Pfizer-BioNTech.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi avec AFP Journaliste BFM Éco