BFM Business

Vacances d'été : "il est encore trop tôt pour donner une perspective"

Aux Français qui souhaitent dès à présent organiser leurs vacances d'été, le secrétaire d'Etat Jean-Baptiste Lemoyne leur demande sur l'antenne de BFMTV de patienter un peu, car l'heure est encore au "combat contre le virus".

Confinés depuis la mi-mars, les Français rêvent à leurs vacances et aimeraient être fixés sur les destinations et les réservations possibles. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, sent "cette formidable envie de redécouvrir la France" de la part de nos concitoyens, mais ne peut encore leur fournir de réponses.

"Il est encore trop tôt pour donner une perspective. Je comprends l'impatience de certains de pouvoir s'organiser du point de vue des touristes, mais aujourd'hui il y a encore ce combat à mener contre le virus", rappelle le secrétaire d'Etat sur BFMTV.

Actuellement, tous les efforts sont concentrés sur l'aide à fournir au secteur, totalement à l'arrêt en raison de la pandémie, et les dispositifs pour qu'ils puissent rouvrir.

"C'est avant tout le combat sanitaire qui va commander la suite des choses. Les professionnels souhaitent se préparer et nous leur avons demandé de nous transmettre leur projet de protocole sanitaire pour y travailler avec eux pour être prêt le moment venu" , a expliqué Baptiste Lemoyne. " Mais il n'est pas possible de dire quand ce moment est", a-t-il insisté.

Une saison blanche pour certains

C'est pourquoi l'Etat a mis en place différents dispositifs de soutien, pour permettre aux professionnels du tourisme de surmonter ce passage à vide

"27.000 entreprises bénéficient de 2,7 milliards d'euros de prêts garantis par l'Etat pour pouvoir passer ce cap difficile et nous continuons à ajuster les dispositifs pour leur permettre de vivre et de survivre", a détaillé le secrétaire d'Etat.

Certains professionnels s'attendent à passer une saison estivale blanche, car même si les conditions sanitaires étaient de nouveau réunies, ils ne pourraient pas relancer immédiatement leur activité. 

"Il va falloir les aider pour certains, je ne dis pas pour tous, à tenir jusqu'au mois de mars prochain, jusqu'au début de la prochaine saison", a reconnu Jean-Baptiste Lemoyne. Pour ceux-ci, le plan de soutien et de relance du tourisme sera vital.

Coralie Cathelinais