BFM Business

"Une surrentabilité" des entreprises dirigées par des femmes observée par le palmarès Women Equity

Selon le palmarès Women Equity 2020, les entreprises dirigées par des femmes sont "surrentables" comparées à celles menées par des hommes. Plusieurs facteurs expliquent ces performances.

Les entreprises dirigées par des femmes seraient plus rentables que leur pendant masculin, révèle le dernier palmarès Women Equity. Il se concentre sur les PME et ETI françaises dirigées ou codirigées par des femmes. A elles seules, les 50 entreprises lauréates pèsent jusqu'à 1,6 milliard d'euros de chiffre d'affaires cumulés.

"Il y a une surrentabilité" des entreprises dirigées par des femmes avec "un écart de 40%", observe Dunya Bouhacene, présidente et cofondatrice de Women Equity Partners, invitée de Good Morning Business ce lundi.

Les entreprises analysées étaient bien sûr comparables en termes de secteur et de chiffres d'affaires.

"La rentabilité moyenne côté échantillon masculin est à 6,4%, alors que côté échantillon féminin, elle est à 8,4%", précise Dunya Bouhacene.

Des dirigeantes "surmotivées"

Une "surrentabilité" due à plusieurs facteurs. Les dirigeantes, encore peu nombreuses, "sont surmotivées. Et cette capacité à déconstruire ce qui est attendu, à remettre les choses en question, à ne considérer rien pour acquis les aide dans le business", assure la présidente de Women Equity.

Par ailleurs, la difficulé d'accès aux financements conduirait les femmes à prêter plus d'attention "à la performance" et à la rentabilité de leur entreprise. "Le capital-investissement est une industrie très mature, composée de réseaux qui se connaissent, qui fonctionnent ensemble et dont les femmes ne font pas partie" déplore Dunya Bouhacene.

D'un point de vue géographique, le palmarès démontre des disparités géographiques avec une présence d'entreprises dirigées par des femmes très marquée en Ile-de-France et dans le Grand Sud.

P.D.