BFM Business

Une photo montre Carlos Ghosn au Liban le soir du 31 décembre 

Carlos Ghosn a quitté le Japon, où il était assigné à résidence, dans des conditions mystérieuses. Arrivé lundi à Beyrouth, il est entré au Liban avec un passeport français. Un premier cliché de l'ancien homme d'affaire et de son épouse, pris le soir du 31 décembre dernier, circule désormais.

Une photo de l'ancien PDG de Renault-Nissan Carlos Ghosn, prise le soir du 31 décembre dernier à Beyrouth, au Liban, où il s'est réfugié lundi afin de fuir le Japon où il était assigné à résidence, a été diffusée ce jeudi.

Selon nos informations, ce premier cliché de Carlos Ghosn sur le territoire libanais aurait été pris à Beyrouth, mardi soir, chez une amie architecte. On voit l'ancien chef d'entreprise attablé avec son épouse Carole Ghosn, présentée depuis par une partie de la presse étrangère comme le cerveau de l'opération d'exfiltration.

Une version que Carlos Ghosn dément fermement. Ce jeudi, l'ancien patron assurait dans un communiqué que c'était "lui-seul" qui "avait organisé son départ", ajoutant que "sa famille n'a joué aucun rôle".

Demande d'arrestation formulée par Interpol

Le Liban a reçu une demande d'arrestation de la part d'Interpol pour Carlos Ghosn, le magnat de l'automobile déchu ayant fui le Japon pour Beyrouth, a annoncé ce jeudi le ministre libanais de la Justice. Son lieu de résidence au Liban demeure pour l'heure inconnu.

Interpol n'émet pas de mandats d'arrêt et ne peut déclencher ni enquêtes ni poursuites, mais les pays membres et les tribunaux internationaux peuvent demander la publication de "notices rouges".

Arrêté à Tokyo en novembre 2018, Carlos Ghosn devait être jugé au Japon à partir d'avril 2020. Il fait l'objet de quatre inculpations, deux pour des revenus différés non déclarés aux autorités boursières par Nissan (qui est aussi poursuivi sur ce volet) et deux autres pour abus de confiance aggravé.

Clémence Dibout avec Jeanne Bulant