BFM Eco

Un pédiatre de Bourges suspecté d'escroquerie à la Sécurité sociale pour 1,2 million d'euros

Le pédiatre est soupçonné d'avoir passé la carte vitale de bénéficiaires de la CMU pour chaque membre d'une même fratrie, alors que la consultation ne concernait qu'un seul enfant.

Le pédiatre est soupçonné d'avoir passé la carte vitale de bénéficiaires de la CMU pour chaque membre d'une même fratrie, alors que la consultation ne concernait qu'un seul enfant. - Philippe Huguen - AFP

Un pédiatre du Cher a été mis en examen pour "escroquerie aggravée" au préjudice de la Sécurité sociale pour un montant d'1,2 million d'euros, a annoncé vendredi le procureur de Bourges.

Un pédiatre de Bourges est soupçonné d'avoir pratiqué pour plus d'un million d'euros d'actes médicaux indus. "Pour l'instant, on est aux environs d'1,2 million d'euros (de préjudice, NDLR), mais il reste à savoir quand il a démarré", a expliqué le procureur de la préfecture du Cher, Joël Garrigue.

"Ca reste à déterminer, mais il s'agit de plusieurs années. C'est aussi l'objet de l'enquête. (...) On peut dire que cela a commencé à devenir très visible ces deux dernières années", a précisé le magistrat.

La CPAM a constaté un montant anormalement elevé d'actes

"La CPAM, dans le cadre de ses contrôles, a constaté que le montant (des prestations, NDLR) de ce pédiatre était anormalement élevé", a-t-il déclaré. L'Assurance maladie a alors porté plainte.

Selon le parquet, le spécialiste, âgé de 65 ans, est soupçonné d'avoir procédé de deux façons différentes, avec "des actes fictifs facturés mais non réalisés", ou encore avec des actes "carrément fictifs". Il aurait ainsi passé par exemple la carte vitale des bénéficiaires de la CMU pour chaque membre d'une même fratrie, alors que la consultation ne concernait qu'un seul enfant.

Le pédiatre incriminé a été placé sous contrôle judiciaire

Le pédiatre mis en cause, qui a été placé sous contrôle judiciaire avec un cautionnement "de l'ordre de 400.000 euros", ne reconnait pas les faits, a précisé le procureur.

La défense du médecin spécialiste a demandé une analyse approfondie des faits reprochés et qu'on lui indique précisément chaque acte indu, rapporte francebleu Berry.

F.B avec AFP