BFM Business

Tourisme: pourquoi la France a impérativement besoin de rouvrir ses frontières

En 2018, la France a été le pays recevant le plus de touristes au monde

En 2018, la France a été le pays recevant le plus de touristes au monde - AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA

Après un trimestre de confinement, les hôtels et restaurants français ne peuvent pas uniquement compter sur le patriotisme. Les touristes étrangers représentent près de 40% de leurs recettes habituelles. Et cette dépendance est encore plus marquée en Ile-de-France.

Les frontières intérieures et extérieures de l’Union européenne seront-elles ouvertes d’ici le 1er juillet? C’est le souhait de la France qui milite pour une bonne coordination sur ce point des Etats membres de l’Espace Schengen. Car l’enjeu est de taille sur le plan économique. L’Union européenne a cessé d’accueillir des touristes étrangers le 17 mars dernier. Et, confinement oblige, la plupart des pays de l’UE ont, depuis le début du printemps, maintenu leurs frontières fermées aux touristes européens.

La réouverture générale est donc une priorité pour les entreprises françaises qui vivent de cette manne. Cette année, selon le dernier rapport de l'European Travel Commission la France devrait en effet perdre plus de 40% (38 millions) de ceux qui, en temps, normal, quittent leur pays pour la visiter. Un niveau sans équivalent en Europe.

Les étrangers assurent d'ordinaire près de 40% des recettes de l'hôtellerie-restauration

Avant que la pandémie ne fige la planète toute entière, plus de 90 millions de visiteurs étrangers étaient attendus dans l'Hexagone. Leurs dépenses (66 milliards d'euros en 2018) auraient permis de gonfler de presque 3% le PIB. Et les entreprises du secteur qui sont le plus dépendantes des touristes étrangers sont celles qui les logent (hôtels, camping, résidence de vacances…) et les nourrissent (cafés, bars et restaurants).

En 2018, les 90 millions de visiteurs venus d'ailleurs leur ont apporté 29 milliards d’euros soit 7 milliards de plus que la clientèle française et 38% de leurs recettes annuelles. Rien d’étonnant à cela puisqu’une part importante des Français passent leurs vacances ou leurs week-ends, soit chez leurs parents soit dans leur résidence secondaire.

L'été dernier, 44% seulement des touristes venus visiter Paris étaient français

L’apport de la clientèle étrangère est particulièrement crucial pour les entreprises franciliennes, Paris étant la ville la plus visitée d’Europe. L’été dernier, les Français n’ont représenté que 44% des nuitées cumulées dans les divers hébergements franciliens. Et si une région a besoin que les frontières de l’espace Schengen rouvre, c’est bien l’Ile-de-France.

Lors de la dernière saison estivale, les Américains représentaient à eux seuls 9% des nuitées passées à Paris et dans ses alentours. Et si on ajoute, les Britanniques (6%), les Chinois (3%) et les Japonais (1,5%), ce sont 20% de la clientèle estivale habituelle des hôtels franciliens touristes qui seront toujours interdits de séjour le 15 juin. Une clientèle dont une bonne partie dépensent aussi beaucoup dans les magasins, notamment pour rapporter des produits de luxe.

Les Français qui partent à l'étranger sont très minoritaires

Or la clientèle française ne peut en aucun cas compenser ces millions d’étrangers dont sont privés les hôtels, restaurants, grands magasins, mais aussi les taxis, VTC et guides touristiques. Car la France n’est pas la première destination touristique au monde pour rien. Ses habitants eux-mêmes ont tendance à la privilégier dans leurs choix de destination. Sur les 196 millions de voyages (week-end et vacances, hors déplacement professionnels) effectués par les Français en 2017 (derniers chiffres connus), 87,5% avaient pour destination une région de l’Hexagone ou de l’Outre-mer.

Cela ne signifie pas que les Français qui franchissent les frontières soit une manne négligeable pour les pays d’accueil. A eux seuls, ils ont, par exemple, assuré 34,2 millions de nuitées aux hôtels et autres structures d’hébergements espagnols. Les Français représentent donc 11% des touristes étrangers visitant l’Espagne, leur destination favorite. Mais, pour autant, les Français passent plus de nuits dans la région Centre qu’en Italie, leur deuxième destination étrangère préférée. Et ils vont plus souvent en Corse qu’au Portugal.

Pierre Kupferman
https://twitter.com/PierreKupferman Pierre Kupferman Rédacteur en chef BFM Éco