BFM Business

Sous le feu des critiques, les assureurs font de nouvelles propositions pour répondre à la crise 

Le ministre de l'Economie a annoncé que les assureurs prévoyaient notamment d'accorder 500 millions d'euros de remises commerciales à leurs clients et d'investir 1,5 milliard d'euros sur des PME via un fonds de la Caisse des dépôts et consignations.

"Vous ne faites pas assez". Tel est le message transmis aux assureurs la semaine dernière par Edouard Philippe et Bruno Le Maire, a fait savoir le ministre de l'Economie ce mardi sur RMC et BFMTV.

Depuis, de nouvelles propositions ont été mises sur la table, a-t-il affirmé. Les assureurs participeront notamment au fonds de solidarité destiné aux entreprises en difficulté à hauteur de 400 millions d'euros, au lieu de 200. Ils proposent en outre "de faire 500 millions d'euros de remises commerciales à leurs clients, notamment avec des diminutions de prime d'assurance", a poursuivi Bruno Le Maire. 

Ils devraient par ailleurs "investir 1,5 milliard d'euros sur des PME, notamment de santé, dans le cadre d'un fonds qui se trouve à la Caisse des dépôts et consignations". "Je pense que c'est une bonne proposition qui montre que les entreprises assurantielles s'engagent plus dans la solidarité", a estimé le ministre. Enfin, il s'est félicité de voir que les assureurs commençaient à "réfléchir à la mise en place d'un dispositif en cas de catastrophe sanitaire". 

Respecter les contrats

Bruno Le Maire a également appelé les assureurs à respecter leurs engagements vis-à-vis des entreprises. "Si elles sont indemnisables et si la perte d'exploitation figure dans leur contrat, évidement que le contrat doit être respecté", a-t-il déclaré. 

Et de conclure: "Si l’Etat a un rôle de soutien des entreprises, il a un autre rôle auquel j’attache beaucoup d’importance, c’est d’être le défenseur de l’ordre public et économique. Et l’ordre public et économique, il veille au respect de contrats, au respect des délais de paiement et donc nous veillerons évidement à ce que les engagements qui ont été pris contractuellement soient respectés par tous, pas simplement par les assureurs". 
Paul Louis