BFM Business

Servier veut supprimer près de 20% de postes dans sa R&D en France

Le laboratoire Servier et l'Agence du Médicament sont renvoyés devant le tribunal correctionnel

Le laboratoire Servier et l'Agence du Médicament sont renvoyés devant le tribunal correctionnel - AF/ Christophe Archambault

Le groupe Servier vient d'annoncer la suppression de 287 postes en recherche et développement (R&D). Pour la direction, cette réorganisation se fera sur la base du volontariat

Le groupe pharmaceutique Servier compte supprimer des postes en recherche-développement en France sur la base du volontariat, dans le cadre d'un accord de rupture conventionnelle collective (RCC) encore à négocier, a appris mardi l'AFP de sources concordantes.

"Le groupe Servier vient d'annoncer la suppression de 287 postes en recherche et développement (R&D). Pour la direction, cette réorganisation se fera sur la base du volontariat par le biais d'une rupture conventionnelle collective (RCC)", a annoncé dès lundi la fédération CFDT de la chimie et de l'énergie.

Selon Yann Tran, délégué fédéral CFDT chargé de la pharmacie, interrogé par l'AFP, cette annonce a été faite aux organisations représentatives de Servier lors d'un CSE le 9 septembre.

Le syndicat affirme que les sites concernés sont ceux de Biologie Servier à Gidy (Loiret), de Technologie Servier à Orléans, de l'Institut de Recherche Servier à Croissy (Yvelines) et Suresnes (Hauts-de-Seine), et de l'Institut de Recherche International Servier à Suresnes.

"Un nouveau modèle de recherche"

"Le groupe Servier tire un trait sur un peu moins de 20% de ses effectifs de R&D en France. Pour la FCE-CFDT, c'est inacceptable", a réagi le syndicat.

Contacté par l'AFP, un porte-parole du groupe a refusé de confirmer ce chiffre mais indique que le communiqué de la CFDT "contient des informations confidentielles qui font actuellement l'objet d'une information/consultation en cours avec les partenaires sociaux".

"Aujourd'hui, nous ne pouvons pas commenter les conséquences sociales qu'aurait ce projet de transformation. Il nous parait toutefois essentiel de réaffirmer la volonté de la direction du groupe Servier de baser les suppressions de postes de ce projet sur la base du strict volontariat, via un dispositif de rupture conventionnelle collective (RCC)", ajoute-il.

La direction précise que "les discussions entamées avec les représentants du personnel (...) doivent s'achever fin novembre" et table sur des départs "à horizon 2021".

Les orientations stratégiques 2020-2023 de la R&D de Servier prévoient "un nouveau modèle de recherche centré sur l'oncologie et les nouvelles opportunités en neurologie et immuno-inflammation, ainsi que l'arrêt des activités de recherche en cardiologie et maladies métaboliques", ajoute-t-on de même source.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama avec AFP Journaliste BFM Éco