BFM Business

Retraites: les partenaires sociaux invités à Matignon "la semaine du 10 février"

"Cette conférence de financement sera lancée le 30 janvier prochain au Conseil économique, social et environnemental" a indiqué jeudi Edouard Philippe dans un entretien à La Croix.

"Cette conférence de financement sera lancée le 30 janvier prochain au Conseil économique, social et environnemental" a indiqué jeudi Edouard Philippe dans un entretien à La Croix. - AFP

Au premier jour de la conférence de financement sur le futur système de retraites, le Premier ministre a convié les partenaires sociaux à un premier "point d'étape" la semaine du 10 février pour évaluer les avancées en matière de pénibilité, de départs progressifs, de transition et de minimum contributif.

Alors que la conférence de financement sur le futur système de retraite par points a débuté ce vendredi, Édouard Philippe a convié les organisations syndicales et patronales à un premier "point d'étape" lors d'une réunion multilatérale qui se déroulera à Matignon "la semaine du 10 février". 

Ce rendez-vous permettra de mesurer les avancées, essentiellement en matière de "pénibilité", de "départs progressifs" à la retraite, de "transitions" entre l'ancien et le nouveau système et du "minimum contributif", a expliqué le chef du gouvernement.

Il s'agit de "faire le point, le cas échéant de conclure, de façon à ce que, à l'Assemblée nationale, dès la séance publique (le 17 février, ndlr) les éléments éventuels de conclusions ou en tout cas les éléments d'avancées puissent être pris en compte", a-t-il précisé.

"La balle est dans le camp des organisations syndicales et patronales"

Le Premier ministre a également rappelé que la conférence de financement devait "aboutir à la fin du mois d'avril de façon à ce que ses résultats puissent être intégrés au projet de loi sur le système universel de retraites" avant son adoption à l'Assemblée nationale. 

L'objectif qui a été fixé par le gouvernement est de trouver des mesures alternatives à l'âge pivot pour "combler un déséquilibre annuel de l'ordre de 12 milliards d'euros par an en 2027", a poursuivi Edouard Philippe. "La balle est dans le camp des organisations syndicales et patronales", a-t-il conclu. 

P.L avec AFP