BFM Business

Restaurants: le Haut conseil de la santé rendra son avis sur le protocole sanitaire d'ici lundi

Les professionnels ont proposé d’instituer une jauge indiquant la capacité totale d’accueil et qui pourrait être affichée sur la devanture des établissements.

Les professionnels ont proposé d’instituer une jauge indiquant la capacité totale d’accueil et qui pourrait être affichée sur la devanture des établissements. - MARTIN BUREAU / AFP

Le Haut conseil de la santé publique examinera d'ici lundi le protocole proposé par les restaurateurs. Son avis servira au gouvernement pour trancher sur la possibilité de laisser ouverts leurs établissements en zone d'alerte maximale.

Le ministre de la Santé Olivier Véran et son homologue en charge des petites et moyennes entreprises, Alain Griset ont indiqué que "la proposition d'un nouveau protocole sanitaire sera(it) soumise au Haut Conseil de la Santé publique qui l'examinera ce week-end, voire lundi. Le Premier ministre, Jean Castex, tranchera ensuite après avoir pris connaissance de l'avis du Haut Conseil", a-t-on déclaré au ministère des Solidarités et de la Santé.

Les restaurateurs reçus au ministère de la Santé

Les restaurateurs, dont les représentants ont été reçus de leurs côtés vendredi après-midi au ministère de la Santé avec des responsables des autres ministères concernés, espèrent que ce nouveau protocole leur permettra de rester ouverts dans les zones placées en "zone d'alerte maximale", contrairement aux bars qui ne sont a priori pas concernés par ces négociations.

Car outre Aix et Marseille, Olivier Véran n'a pas exclu que Paris, Lille, Lyon, Grenoble, Toulouse et Saint-Etienne puissent connaître le même sort prochainement. Et le secteur veut à tout prix éviter une fermeture à grande échelle.

Prise de température des clients à l'entrée

Ce protocole comprendrait trois mesures phares: la prise de température des clients à l'entrée, le recueil de leurs coordonnées afin de les prévenir en cas de contamination et la limitation des groupes de convives à huit contre dix actuellement, selon l'Umih, principale organisation patronale du secteur.

Sur la question de la distanciation entre les tables, les représentants de la profession de l'hôtellerie-restauration, reçus à leur demande au ministère de la Santé ont souligné que la distance actuelle d’un mètre entre les tables constituait une ligne rouge, "car il en allait de la survie économique de ses établissements" ont-ils déclaré.

Vers une jauge affichée sur la devanture du restaurant?

En contrepartie, les professionnels ont proposé d’instituer une jauge indiquant la capacité totale d’accueil et qui pourrait être affichée sur la devanture des établissements. Au-delà de cette jauge, aucun client ne serait accepté à l’intérieur de l’établissement. L’attente éventuelle d’une table devrait se faire à l’extérieur.



À Marseille, une centaine de restaurateurs et fournisseurs se sont à nouveau réunis vendredi devant la préfecture pour réclamer la réouverture de leurs entreprises, closes depuis lundi. "On veut travailler", ont-ils scandé, en brûlant des torches et en cassant de la vaisselle.

Si Olivier Véran a reconnu jeudi "un frémissement, un début d'embellie" notamment à Marseille, il semble pour l'instant exclu de rétrograder la zone en "alerte renforcée". "Les taux d'incidence sur les personnes âgées et les services de réanimation restent critiques", a-t-on souligné au ministère.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé avec AFP Journaliste BFM Éco