BFM Business

Rachat de Suez: Veolia pourrait relever son offre voire lancer une OPA

Invité sur le plateau de Good Morning Business, le PDG de Veolia Antoine Frérot n'entend pas abandonner son projet. "Toutes les options sont possibles" a martelé le patron de Veolia.

Après la décision de Suez de transférer son activité dans une fondation aux Pays-Bas, pour empêcher sa vente, Veolia ne baisse pas les armes et réfléchit désormais à de nouvelles options.

"J'ai déposé une offre il y a trois semaines, elle est valable jusqu'au 30 septembre" rappelle Antoine Frérot, invité sur le plateau de Good Morning Business, ce jeudi. "Par ailleurs, évidemment compte tenu de ce coup fourré d'hier soir (mercredi, ndlr), j'étudie toutes les options possibles".

S'il refuse de préciser ses intentions, notamment "pour des raisons", il n'élude pas les options. Un relèvement de l'offre fait-il partie de ces hypothèses ? "Cela en fait partie, comme toutes les autres options" prévient-il. Même avant la fin du délai ? "Ce n'est pas exclu".

Et une OPA ? "Toutes les options sont possibles. Celle-là comme les autres." Et de prévenir : "A la fin du mois de septembre, à la fin de la date de validité de mon offre, cette offre sera caduque". En d'autres termes, "il n'y aura pas d'autre offre de Veolia", souligne Antoine Frérot, ouvrant ainsi la porte à une éventuelle OPA ou simplement à un abandon.

Antoine Frérot promet désormais "d'en discuter "dès aujourd'jhui avec Jean-pierre Clamadieu", le patron d'Engie, actionnaire de Suez.

Thomas Leroy Journaliste BFM Business