BFM Business

Pourquoi le gouvernement devrait "s’abstenir de tout coup de pouce" au Smic, selon un groupe d'experts

Édouard Philippe

Édouard Philippe - Lucas BARIOULET / AFP

La commission d'experts chargée de se prononcer chaque année sur la question estime qu'une augmentation du Smic ne permet pas de lutter efficacement contre la pauvreté. Ils appellent en outre à revoir le mode de calcul de la revalorisation automatique qui intervient chaque début d'année. Le rapport doit être prochainement remis au Premier ministre.

Ils campent sur leur position depuis leur premier rapport publié en 2009. La commission d’experts chargée chaque année de se prononcer sur l’évolution du Smic préconise cette fois encore "de s’abstenir de tout coup de pouce" gouvernemental envers le salaire minimum, rapporte Le Figaro.

Dans leur rapport annuel consulté par le quotidien, ils expliquent que la revalorisation automatique qui intervient chaque 1er janvier est suffisante pour augmenter le pouvoir d’achat des personnes concernées. Ils préconisent d’ailleurs de revoir le mode de calcul de ce mécanisme qui se base actuellement sur l’inflation et le pouvoir d’achat du salaire de base des ouvriers et employés.

Leur avis n’a cependant aucune valeur contraignante. Il sera transmis à la Commission nationale de la négociation collective qui statuera mi-décembre sur l’évolution du Smic à venir.

La prime d'activité "plus efficace"

Pour justifier leur préconisation, les experts indiquent qu’une augmentation du Smic "risquerait de maintenir des employés à un bas de niveau de salaire et de dégrader la compétitivité des entreprises", écrit Le Figaro. En effet, "Le revenu disponible au salaire minimum en France est en 2019 le plus élevé parmi les pays de l’OCDE (à 80% du revenu disponible médian) alors que le coût du travail au salaire minimum relativement au coût du travail médian se situe dans le moyenne de l’OCDE", note la commission d’experts.

Ils estiment enfin que le Smic n’est pas un instrument adapté pour lutter contre la pauvreté. Selon eux, l’augmentation de la prime d’activité à hauteur de 90 euros le 1er janvier 2019 a été "plus efficace que ne l’aurait été une revalorisation exceptionnelle du Smic à coût équivalent pour les finances publiques" car elle touche plus de monde et profite davantage aux ménages aux salaires les plus bas.

Paul Louis