BFM Business

Pour Borne, "pas question" que la garantie des salaires en cas de faillite soit remise en cause

Invitée de BFM Politique ce dimanche, la ministre du Travail réagit à la polémique au sujet d'un projet de réforme du droit des faillites qui pourrait bouleverser l'ordre des bénéficiaires en cas de défaillance d'une entreprise.

Une polémique qui n'a pas lieu d'être? Un projet de réforme du droit des faillites, porté par le gouvernement, inquiète en effet le patronat et les syndicats. L’assurance de garantie des salaires (AGS), qui indemnise les salariés, ne serait ainsi plus prioritaire pour récupérer l'argent avancé pour payer les salariés lorsqu'une entreprise fait faillite. Elle serait même largement reléguée en arrière dans l'ordre des créanciers prioritaires de ladite entreprise.

Sur BFMTV ce dimanche, Elisabeth Borne, la ministre du Travail s'est dite "très attentive à ce qu'on protège les salaires en cas de faillite" avant d'"assurer qu'il n'est pas question de remettre en cause ce qu'on appelle le super privilège sur les salaires et de fragiliser les salariés en cas de faillite de leur entreprise", indique-t-elle sur le plateau de BFM Politique.

Super privilège des salaires

Pourquoi alors cette crainte conjointe des syndicats et du patronat? "Il y a une réforme qui est en cours de discussion mais il n'est pas question de remettre en cause le super privilège sur les salaires, payés en priorité", répète la ministre.

Sur BFM Business, Christophe Basse, président du conseil national des administrateurs judiciaires et des mandataires judiciaires, expliquait il y a quelques jours que "les salariés ont toujours été payés en priorité. Les salariés seront toujours payés en priorité demain, cela ne changera rien".

Mais encore faut-il que l'AGS puisse assurer cette indemnisation, puisque son rang va bien reculer. "Elle n'est jamais numéro 1 [dans l'ordre des créanciers]" poursuit Christophe Basse, qui rappelle d’ailleurs que les administrateurs sont toujours payés en priorité en cas de faillite.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business