BFM Patrimoine

Rendements diminués, prix des parts en hausse… L'impact du coronavirus sur les SCPI

Si les répercussions de la pandémie sur les cours des actions et des obligations ne se sont pas faites attendre, l'immobilier ne devrait pas, non plus, être épargné.

Après les placements purement financiers, c'est au tour de leur pendant immobilier de subir les affres du coronavirus. Que ce soit au niveau des taux de rendement servis ou du prix des parts, la crise financière consécutive à la pandémie pourrait bien, d'ici peu, également venir rogner sur la rentabilité des SCPI.

C'est en tous cas ce que bon nombre d'observateurs estiment. Selon eux, la question aujourd'hui, ce n'est pas tant celle de savoir si ce scénario adviendra, mais davantage de déterminer son ampleur.

De plus de 4% en 2019 à 3% en 2020?

Chez Corum par exemple, on estime que les rendements pourraient diminuer jusqu'à deux points dans l'hypothèse d'une absence de loyers pendant un an. 

De manière générale, les acteurs du secteur considèrent que si les taux servis en 2020 tombaient à 3% (contre plus de 4% en 2019), les détenteurs de parts pourraient s'estimer heureux. Tout dépendra cependant de la durée de la crise et de la profondeur de celle-ci.

Julie Cohen-Heurton