BFM Patrimoine

RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF

BFM Patrimoine
Regulatory News: SNCF (Paris:MLSNP): Préambule : le présent communiqué s’inscrit dans le contexte de la mise en œuvre de la Loi du 4 août 2014 portant réforme ferroviaire et création du

Regulatory News:

SNCF (Paris:MLSNP):

Préambule : le présent communiqué s’inscrit dans le contexte de la mise en œuvre de la Loi du 4 août 2014 portant réforme ferroviaire et création du nouveau groupe public SNCF en 2015. En son sein, SNCF Mobilités regroupe l’ensemble des activités de transport de SNCF (en France et à l’international) et SNCF Réseau réunit Réseau Ferré de France (RFF) et SNCF Infra pour assurer la gestion du réseau ferroviaire français.

En application de la norme comptable IFRS 5 (activité destinée à être transférée), la branche SNCF Infra est retraitée dans les comptes de SNCF à fin 2014. Cela se traduit par la disparition complète du compte de résultat de SNCF Infra dont seule la contribution au résultat net apparaît. Le cash-flow libre et la dette nette de la branche SNCF Infra sont conservés dans les comptes.

Ci-après, SNCF Mobilités, dans le prolongement de SNCF, présente donc ses comptes sans la branche infrastructure qui rejoint RFF, pour constituer SNCF Réseau à compter de 2015.

CROISSANCE DU CHIFFRE D’AFFAIRES TIRÉE PAR L’INTERNATIONAL

Dans un environnement économique toujours dégradé en Europe et en dépit d’un contexte défavorable en France, SNCF affiche une croissance de +1,5% (contre +0,5% en 2013).

La croissance est tirée par l’international (+7,0%), confirmant le bien-fondé de la stratégie SNCF de développement : +20,0% pour Keolis hors France et +5,8% pour SNCF Logistics hors Europe.

BONNE MAÎTRISE DES CHARGES ET DISCIPLINE FINANCIÈRE

Bonne performance de gestion de SNCF qui tient, malgré la grève de juin 2014, ses objectifs de marge opérationnelle (2,4 Mds€), grâce à sa capacité d’adaptation et à la maîtrise de ses charges.

Le résultat net est positif à 605 M€ dont près de 200 M€ d’éléments non récurrents.Le résultat net récurrent est en baisse de -177 M€.

Le cash-flow libre est positif. SNCF stabilise sa dette nette à 7,4 Mds€, en maintenant ses investissements à un niveau élevé de 2,2 Mds€.

Des bases solides pour le nouveau groupe SNCF créé en 2015, qui poursuit son ambition d’être la référence mondiale des services de mobilités et de logistique.

Guillaume Pepy, Président, a déclaré :

« En 2014, SNCF a démontré sa robustesse dans une conjoncture dégradée et avec des contraintes fortes.

Nous sommes en croissance significative, notamment à l’international. Nos objectifs 2014 de marge opérationnelle sont atteints et nous avons stabilisé la dette, tout en poursuivant nos investissements très élevés.

Cela démontre la discipline financière d’une entreprise en pleine transformation. En attestent la très forte réduction des pertes de Fret SNCF, la capacité à tenir les charges et les nouveaux relais de croissance à l’international.

Ces éléments constituent une base solide pour la naissance du nouveau groupe SNCF en 2015. Celui-ci rassemble SNCF Mobilités, avec l’ensemble des activités de transport de voyageurs et de marchandises, en France et à l’international, et SNCF Réseau, qui réunit RFF et SNCF Infra pour assurer une meilleure gestion du réseau ferroviaire français.

Cependant, le modèle économique en difficulté structurelle de plusieurs activités pose problème. C’est notamment le cas pour Intercités, dont la Cour des comptes vient d’analyser les difficultés, pour Gares & Connexions, après l’avis de l’ARAF (Autorité de régulation des activités ferroviaires), et pour le financement des infrastructures, particulièrement à grande vitesse, du fait de leur impact sur l’activité TGV.

Dans ce cadre, si nous sommes sur le chemin prévu du projet Excellence 2020 pour faire de SNCF la référence mondiale des services de mobilités et de logistique au sein d’un groupe public réunifié, nous mesurons l’ampleur des efforts à produire.»

SNCF : CHIFFRES CLÉS DES RÉSULTATS AU 31 DECEMBRE 2014

Données consolidées

EN MILLIONS €

2013

Proforma

2014

Dont variations à

périmètre et change constants

Chiffre d'affaires 27 030 27 243 +415 +1,5% Marge Opérationnelle (MOP) 2 486 2 383 -114 en part de CA 9,2% 8,8% Résultat Opérationnel Courant (ROC) 721 678 -56 Résultat Opérationnel
après quote-part de résultat net des sociétés mises en équivalence -528 1 050 + 1 563 Résultat financier -284 -412 -130 Résultat net part du Groupe -180 605 +771

Dont contribution SNCF Infra

230

Résultat net récurrent 582 419 -177 Capacité d’autofinancement 2 181 2 058 -137

Investissements

sur fonds propres

-2 240 -2 168 -74 Cessions 472 436 Cash-flow libre 464 356 -121 Dette financière nette 7 391 7 405 -

CHIFFRE D’AFFAIRES 2014 PAR BRANCHE

EN MILLIONS € 2013 2014

Variation

à périmètre
et change constants

SNCF Proximités 11 591 11 967 +3,5% Dont Keolis 4 045 4 361 +8,5% Voyages SNCF 5 925 5 848 -1,1% SNCF Logistics 8 891 8 812 +0,9% Gares & Connexions 262 275 +4,8%

MARGE OPERATIONNELLE 2014 PAR BRANCHE

EN MILLIONS € 2013 2014 SNCF Proximités 655 633 en part de CA 5,5% 5,1% Dont Keolis

243

261

5,9%

5,9%

Voyages SNCF 782 680 en part de CA 11,4% 10,4% SNCF Logistics 337 431 en part de CA 3,7% 4,8% Gares & Connexions 244 251 en part de CA 20,6% 21,3%

Les ratios de MOP/CA sont calculés aux bornes de la branche

CROISSANCE DU CHIFFRE D’AFFAIRES TIRÉE PAR L’INTERNATIONAL ET RESISTANCE DE LA MARGE OPERATIONNELLE

Alors que la situation économique est toujours très délicate en France et en Europe continentale avec un PIB en faible croissance, SNCF a subi le double effet de la hausse du taux de TVA sur les transports domestiques de voyageurs (de 7% à 10%) et de l’augmentation du prix des péages ferroviaires de +5,0% (effet prix).

La progression du chiffre d’affaires est de +1,5% à périmètre et change constants pour atteindre 27,24 Mds€.

Une grève nationale en juin a privé SNCF de près de 220 M€ de chiffre d’affaires (hors grève la croissance serait de +2,3%). Néanmoins, sa marge opérationnelle résiste, démontrant la justesse de ses choix stratégiques de croissance à l’international et le sérieux de sa gestion.

SNCF atteint ses objectifs de croissance grâce à l’international

Suivant son objectif de devenir la référence mondiale des services de mobilités et de logistique, SNCF trouve sa croissance à l’international (+7,0% alors que l’activité est stable en France).

Désormais, SNCF réalise 25% de son chiffre d’affaires à l’international.

La croissance est portée par Keolis qui croît de +8,5%, dont +20,0% à l’international et par SNCF Logistics (transport et logistique marchandises) qui atteint +5,8% hors Europe (-0,2% en Europe dont -1,3% en France). Ces 2 branches réalisent aujourd’hui la moitié de leur chiffre d’affaires à l’international.

Voyages SNCF (activité TGV) recule de -1,1%. Malgré la stagnation économique persistante et l’intensification d’offres concurrentes (covoiturage et low-cost aérien notamment), la politique commerciale efficace de « petits prix » permet la stabilité du trafic (hors impact grève de juin et à offre constante). Sur la France, le recul des produits du trafic est lié également aux conséquences de la hausse de TVA pour la clientèle (+3 points au 1er janvier 2014). Au sein de la branche, les activités de la grande vitesse européenne affichent un dynamisme fort avec une croissance de +3,8%.

Le chiffre d’affaires des activités Transilien et TER est respectivement en croissance de +1,2% et +1,7% sur l’année 2014 alors qu’Intercités est en baisse de -3,6%.

La transformation de SNCF porte ses fruits

En parallèle, SNCF a su adapter ses coûts à l’évolution du chiffre d’affaires. La marge opérationnelle annuelle (2 383 M€) atteint ainsi les objectifs attendus en dépit des conséquences de la grève de juin (impact de près de 180 M€ sur la marge opérationnelle), grâce aux mesures prises dès fin juin.

Le plan de performance transverse mis en place début 2013 pour 3 ans a déjà permis d’économiser 400 M€ à fin 2014 sur les frais de structure de l’établissement public (y compris SNCF Infra) : frais généraux, immobilier, performance sur les achats et dépenses informatiques.

La branche SNCF Logistics poursuit son plan d’adaptation des charges et présente une marge opérationnelle en progression de 100 M€ à fin 2014, avec le redressement des comptes de l’activité du Transport Ferroviaire et Multimodal de Marchandises (notamment Fret SNCF, dont les pertes ont été divisées par 3 en 5 ans) et de Geodis.

Côté Voyages SNCF, une gestion des charges rigoureuse a permis de limiter la dégradation de la marge opérationnelle, liée à la hausse des péages et à la baisse des produits du trafic. Hors péages, le ratio de marge opérationnelle sur chiffre d’affaires de la branche est en progression entre 2012 et 2014.

Le résultat net s’établit à 605 M€ (dont 186 M€ d’éléments non récurrents), contre une perte de -180 M€ en 2013, liée à une dépréciation de -1,4 Md€ de la flotte TGV, partiellement atténuée par une reprise de pertes de valeur d’actifs de la branche SNCF Infra.

Le résultat net récurrent s’établit à +419 M€, en baisse de -177 M€, du fait principalement de la baisse de la marge opérationnelle.

DES INVESTISSEMENTS À UN NIVEAU ÉLEVÉ

AU BÉNÉFICE DES CLIENTS

La performance de SNCF ne se fait pas au détriment des investissements dont le niveau reste élevé, dans la continuité de 2013 et conformément aux objectifs. Presque intégralement couverts par la capacité d’autofinancement, le montant des investissements sur fonds propres atteint près de 2,2 Mds€, auxquels s’ajoutent des investissements financés par les Autorités Organisatrices de Transports. Le montant total des investissements bruts atteint ainsi 3,3 Mds€ dont :

  • Plus de 60% concernant du matériel de transports, notamment :
  • 8 rames de Tram-Train et 32 rames Francilien,
  • 64 rames TER (Régiolis & REGIO 2N),
  • 12 rames TGV,
  • Dans le cadre de leurs activités, Keolis, Ermewa et les transporteurs ferroviaires et multimodaux de marchandises assurent le développement, la maintenance et le renouvellement régulier de leur parc de véhicules et matériel roulant.
  • Près de 40 % pour les Technicentres et ateliers, l’aménagement et la modernisation des gares en particulier en Ile-de-France et les systèmes d'information du voyageur.

La discipline financière reste exemplaire puisque le cash-flow libre atteint 356 M€ à fin décembre 2014, positif pour la 4ème année consécutive et que la dette nette est stabilisée à 7,4 Mds€.

Le ROCE1 (Return On Capital Employed, indicateur de la performance économique de l’entreprise qui permet d’analyser la rentabilité des capitaux employés) est en baisse à fin 2014 (3,9% contre 4,1% à fin 2013), du fait principalement de la baisse de marge opérationnelle.

___________
1 Résultat opérationnel courant après quote-part de résultat net des entreprises mises en équivalence sur capitaux employés moyens.

ET UN NIVEAU DE RECRUTEMENTS IMPORTANT

Au cours de l’année 2014, SNCF a recruté en France plus de 9 000 nouveaux collaborateurs en contrat à durée indéterminée (y compris Infra).

2015 TOUJOURS SOUS FORTES CONTRAINTES

Dans un contexte toujours tendu :

  • Hausse limitée du PIB à +1,0% ;
  • Légère hausse sur le transport de marchandises ;
  • Une concurrence intermodale (aérien et covoiturage) d’autant plus forte pour le monde Voyageurs dans un contexte de baisse du prix du pétrole ;
  • Fortes contraintes financières pesant sur les Autorités Organisatrices ;
  • Impact persistant des travaux sur la production ferroviaire avec des ralentissements de vitesse et des pertes de clientèle ;
  • Ouverture prévue du marché du bus longue distance au 2nd semestre 2015.

SNCF se donne cependant des objectifs ambitieux avec une croissance de chiffre d’affaires supérieure à +3% à périmètre et change constants tirée par l’international.

La part du chiffre d’affaires à l’international devrait progresser pour atteindre 27% soit 8 Mds€ (y compris Eurostar).

Gage des performances futures, la politique d’investissements sur fonds propres reste soutenue à 2,1 Mds€.

Cependant, certains sujets, que SNCF ne peut résoudre seul, devront impérativement être traités en 2015 :

  • Le modèle économique de l’activité TGV doit être révisé en profondeur alors que son niveau de rentabilité a fortement reculé en dépit d’efforts de productivité conséquents (10,4% de marge opérationnelle sur chiffre d’affaires en 2014 contre plus de 18% en 2007 – hors péages ferroviaires, la marge est en progression entre 2012 et 2014).
  • Le déficit croissant de l’activité Intercités (320 M€ en 2015 financés à 95% par SNCF) qui subit depuis 5 ans une baisse continue de son trafic induisant, sur la période 2011-2015, une consommation de trésorerie opérationnelle égale à 1,4 Md€. Les travaux de la commission Duron “Avenir des trains d'équilibre du territoire“ (TET), [mise en place par le secrétaire d'État aux Transports,] dont les conclusions sont attendues pour la fin du
    1er semestre 2015, ont vocation à proposer des solutions permettant d’adapter les dessertes et réduire les pertes de façon très significative dans un contexte d’ouverture du marché du bus longue distance.
  • Enfin, le modèle économique des Gares doit être repensé afin d’établir un niveau de rentabilité attendu conforme à la politique d’investissement menée.

2015 : SNCF MOBILITÉS AU SEIN DU NOUVEAU GROUPE SNCF

La Loi du 4 août 2014 portant réforme ferroviaire et création du nouveau groupe public SNCF en 2015 vient rénover en profondeur le système ferroviaire français avec pour objectif d’améliorer la qualité de service et la trajectoire financière du système ferroviaire.

Un nouveau groupe public SNCF se constitue avec en son sein :

  • SNCF Mobilités qui regroupe l’ensemble des activités d’exploitation des services de transport qui étaient celles de SNCF avant la réforme autour de :
  • SNCF Voyageurs qui rassemble les activités :
  • Transilien (transport ferroviaire en Ile-de-France),
  • Voyages SNCF (TGV),
  • Intercités (trains classiques moyenne et longue distance),
  • Les 20 activités TER (service de transport express régional ferroviaire),
  • Et Gares & Connexions qui assure la gestion et le développement des gares.
  • Keolis qui opère des transports publics urbains de voyageurs (mass transit) en France et dans le monde.
  • SNCF Logistics, spécialisée dans le transport et la logistique de marchandises et elle-même articulée autour de quatre activités :
  • Geodis,
  • Transport ferroviaire et multimodal de marchandises (TFMM),
  • Gestionnaires d’actifs (Ermewa),
  • STVA (Logistique automobile).
  • SNCF Réseau qui assure les fonctions de gestionnaire d'infrastructure du réseau ferré national, jusqu’alors réparties entre Réseau Ferré de France (RFF) et SNCF (la branche SNCF Infra dont la Direction de la Circulation Ferroviaire). SNCF Réseau présente ainsi
    4 métiers :
  • accès au réseau,
  • circulation,
  • maintenance et travaux,
  • ingénierie et projets.

SNCF Mobilités et SNCF Réseau sont dirigées chacune par un conseil d’administration dont un tiers des membres est nommé par l’État, un tiers par l’EPIC SNCF et un tiers par les salariés.

SNCF Mobilités et SNCF Réseau conservent leur dette et leur financement propre. L’EPIC SNCF, dirigé par un directoire composé par le président de SNCF Mobilités et le président de SNCF Réseau, et disposant d’un conseil de surveillance, constitue la tête du Groupe en charge de l’intégration industrielle, sociale et du pilotage stratégique du groupe ferroviaire.

Les comptes consolidés du nouveau Groupe seront établis à partir de l’exercice 2015 conformément aux normes IFRS comme pour SNCF Mobilités et SNCF Réseau.

Les comptes annuels consolidés 2014 sont accessibles sur le site du groupe SNCF, rubrique Finance : www.sncf.com/finance/a-la-une

À propos de SNCF Mobilités

SNCF Mobilités est l’un des premiers groupes mondiaux de transport de voyageurs et de logistique marchandises avec plus de 27,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires, dont 25% à l’international à fin 2014. Présent dans 120 pays avec 200 000 collaborateurs, son objectif est d’être la référence d’excellence mondiale des services de mobilités et de logistique.

SNCF Mobilités s'appuie sur 3 branches d’activité : SNCF Voyageurs (TGV, Transilien, TER et Intercités), Keolis (mass transit- transports publics en Europe et dans le monde) et SNCF Logistics (transport et logistique de marchandises). www.sncf.com

FINANCE :
Axel Baviere
tel : +33 (0)1 85 07 82 00
mobile : +33 (0)6 34 21 25 97
axel.baviere@sncf.fr

Business Wire