BFM Patrimoine

Produits high-tech: faut-il les assurer?

Cette année encore,  de nombreux produits high- tech seront déposés au pied du sapin.

Cette année encore, de nombreux produits high- tech seront déposés au pied du sapin. - -

Des milliers de produits high-tech sont vendus chaque année. Ils seront les stars de Noël cette année. Mais ils sont fragiles. Les assurer vaut-il le coup? BFM Business vous aide à répondre à cette question.

A quelques jours de Noël, c'est la dernière ligne droite pour les achats de cadeaux. Et les incontournables, les cadeaux-phares, pour cette session 2013 sont évidemment les appareils high-tech. Tablettes, lecteurs MP3, ordinateurs portables, smartphones, … Ces produits nomades sont aussi populaires que … fragiles!

17,4 millions d’appareils ont été offerts à Noël dernier, soit une hausse record de 332% par rapport à la simple période du 1er au 20 décembre 2012, selon le cabinet d'étude américain Flurry. Mais selon l'Observatoire de la délinquance, le nombre de vols de téléphones mobiles a atteint 63.000 en 2011. Et le taux de dommage peut dépasser les 14% la première année.

Au vu de ces chiffres, faut-il prendre une assurance pour protéger ces appareils souvent couteux? Car il est très facile de s'assurer. Les opérateurs ou les assureurs commercialisent des assurances spécifiques à ces produits appelées "assurance affinitaire". L’argument commercial – le remplacement ou l’indemnisation de l’appareil volé ou cassé – a séduit les consommateurs, jusqu'à un certain point. Dans un rapport d'août 2013, la Direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes notait "la difficulté d’obtenir, pour le consommateur, une information précontractuelle de qualité compte tenu des modalités de commercialisation de ces contrats”.

Les associations de consommateurs, l'UFC-Que Choisir en tête, ont mis en garde contre ces assurances. L'UFC leur reproche leur manque de transparence, leurs tarifs déraisonnables et surtout leurs clauses restrictives.

Penser à résilier son assurance

Les conditions sont, en effet, très contraignantes. Un assureur n'indemnisera pas un appareil s'il a été égaré ou cassé en raison d'une maladresse. Et les vols ne sont remboursés que dans des conditions bien précises, à savoir vol avec agression, effraction ou encore à l'arrachée. Dans tous les cas, une plainte déposée à la police sera aidante.

Par ailleurs, il faut déclarer le vol dans les 48 heures, notamment pour les smartphones afin que l'opérateur bloque la carte SIM. Ce n’est qu’après vérifications, que l'appareil volé sera remplacé par le même appareil ou … par un modèle ayant les mêmes caractéristiques techniques que celui qui a été dérobé. Cela signifie qu'il ne sera pas forcément identique, surtout s'il n’est plus commercialisé.

En cas d'oxydation ou de bris, il faudra prouver qu'il a été causé accidentellement par un tiers.

Si malgré tout, le particulier a souscrit une assurance, il peut la résilier au terme du contrat. Il faut envoyer une lettre recommandée avec avis de réception, à l'assureur, deux mois avant la date d'échéance. Sinon le contrat est renouvelé par tacite reconduction.

Assurances globales, la solution miracle?

L’assurance multi-produits, peut-elle être la solution? Elles sont moins chères que les assurances mono-produits. Elles permettent d'éviter de collectionner les assurances.

Mais elles sont assorties de conditions. Ainsi, il faut vérifier les lieux couverts (chez soi, à l’extérieur, à l’étranger…). Avec souvent 2 sinistres et 4 appareils, le plafond semble assez dérisoire pour un foyer qui serait équipé de 5 voire 6 appareils nomades.

Diane Lacaze