BFM Patrimoine

Le CAC 40 bute sur la barre des 4.500 points

La Bourse de Paris a été tirée vers le haut par les rumeurs autour d'un rachat d'Alstom.

La Bourse de Paris a été tirée vers le haut par les rumeurs autour d'un rachat d'Alstom. - -

Après seulement quatre jours d'ouverture, la Bourse de Paris a fini ce vendredi 25 avril en baisse de 0,80%, à 4.443,63 points. Les tensions en Ukraine ont empêché, cette semaine, les marchés de décoller, malgré quelques bonnes nouvelles.

Semaine en dents de scie pour le CAC 40. Ce vendredi 25 avril, l'indice parisien a clôturé en baisse de 0,80%, à 4.443,63 points, à la fin d'une courte semaine. Les tensions en Ukraine, qui se sont intensifiées aujourd'hui, empêchent les marchés de trouver une tendance nette, et pourraient bloquer l'indice parisien en deçà du cap des 4.500 points, qu'il a pourtant frôlé jeudi, atteignant 4.499 points en séance.

"Compte tenu des tensions qui vont probablement augmenter en Ukraine, on risque d'avoir plusieurs semaines assez difficiles", prévient Fabrice Seiman, co-président de Lutetia Capital et invité de BFM Business, ce vendredi 25 avril.

Tout au long de la semaine, l'indice parisien s'est cherché une direction. Après un week-end de quatre jours, le CAC 40 avait enregistré une hausse de 1,18% mardi 23 avril, grâce à des opérations prometteuses dans le secteur pharmaceutique américain.

Une fin de semaine boostée par les rumeurs autour d'Alstom

Mais dès mercredi, un indice PMI français décevant pour le mois d'avril avait plombé le marché, en baisse de 0,74%. Selon Thibault Prébay, directeur de la gestion taux pour Quilvest Gestion, le reste de l'Europe manque également de facteurs pour justifier une nouvelle hausse nette: "Avec une banque centrale qui mouline beaucoup mais qui ne sert pas à grand-chose, il ne va pas être facile de retrouver le carburant que les Américains ont déjà retrouvé", a-t-il expliqué.

Jeudi, le marché a cependant repris, grâce aux rumeurs de rachat d'Alstom par l'Américain General Electrics. L'action du groupe avait grimpé de 10,93%. Selon des sources syndicales, Patrick Kron, PDG d'Alstom, a néanmoins indiqué qu'une "opération industrielle" était en cours de discussion.

Ce vendredi 25 avril, l'AMF a suspendu la cotation d'Alstom, dans l'attente d'un communiqué. Bouygues, qui détient 29% du capital d'Alstom, continue en revanche de monter, de 2,34% à midi, après une hausse de 4,6% hier. L'annonce de S&P, qui maintient le AA de la France, n'a pas eu d'impact sur les marchés.

Joseph Sotinel