BFM Patrimoine

Les Français s'opposent à une hausse de la CSG

Les Français s'inquiètent d'une hausse de la CSG

Les Français s'inquiètent d'une hausse de la CSG - -

70% des Français refusent une hausse de la contribution sociale généralisée pour compenser la baisse du coût du travail.

Les Français grogent. Une large majorité des Français est opposée à une hausse de la CSG pour compenser une diminution progressive des charges sur les salaires payées par les entreprises, selon un sondage Ifop pour Sud Ouest Dimanche.

Un total de 70% des sondés (dont 62% des sympathisants de gauche, 78% des sympathisants de droite et 81% des sympathisants du FN) se déclarent opposés à la baisse du coût du travail, afin de favoriser l’emploi et la compétitivité des entreprises françaises, qui serait compensée par une hausse de la CSG payée par les Français sur leurs salaires, leurs retraites et leurs revenus financiers.

"Sociologiquement parlant, toutes les catégories sont majoritairement réfractaires à cette hausse de la CSG (...) mais le rejet est plus marqué parmi les ouvriers (77% d’opposés) que parmi les cadres supérieurs et les professions libérales (61%)", souligne l'Ifop.

L'institut de sondage constate par ailleurs que "le niveau d’adhésion à ce projet (29% des Français) est proche de celui mesuré concernant la TVA sociale (...) projet qui avait également pour but de permettre une baisse du coût du travail compensée par une hausse des prélèvements des ménages via la TVA (32% en janvier 2012)", rappelle l'Ifop.

"La nature des soutiens politiques s’est inversée", indique l'Ifop, notant que "les réflexes partisans structurent les positions. Quand 69% des sympathisants de l’UMP étaient favorables au projet de TVA sociale porté par Nicolas Sarkozy en janvier dernier, ils ne sont plus aujourd’hui que 21% à approuver une éventuelle hausse de la CSG pour compenser la baisse des charges patronales. Cette mesure est à l’inverse maintenant soutenue par 42% des proches du PS alors qu’ils n’étaient que 16% à être favorables à la TVA sociale".

Diane Lacaze