BFM Patrimoine

Le gouvernement promet 45 milliards d'euros de baisse d'impôts pour la période 2018-2021

Lors de la présentation du budget 2021 ce lundi, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a indiqué que le gouvernement aura baissé les impôts de 45 milliards d'euros pour la période 2018-2021. "La plus forte baisse d'impôts en France depuis vingt ans", a-t-il assuré.

Le gouvernement maintient le cap. Malgré la crise sanitaire et ses conséquences sur l'état des comptes publics, l’exécutif a promis de poursuivre l’allègement progressif de la pression fiscale entamé au début du quinquennat. "Nous aurons d’ici la fin de l’année 2021 baisser les impôts de 45 milliards d’euros sur les ménages et les entreprises. C’est la plus forte baisse d’impôts en France depuis vingt ans", a déclaré ce lundi le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, à l’occasion de la présentation du projet de loi de finances 2021.

"Et je redis notre engagement avec le président de la République et le Premier ministre, nous n’augmenterons pas les impôts des Français. Cette politique a été menée depuis trente ans, elle a échoué et elle a abouti à une augmentation massive de la pression fiscale sur tous ceux qui travaillent, sur tous les ménages, sur les entreprises, sur les industries… Nous voulons inverser la tendance et poursuivre cette baisse des impôts que nous avons engagée depuis le début du quinquennat", a martelé le locataire de Bercy.

Suppression de la taxe d'habitation, baisse de l'impôt sur le revenu...

Dans le détail, la baisse des impôts sur la période 2018-2021 est équitablement répartie entre ménages et entreprises, rapportent Les Echos: 22 milliards de moins pour les premiers et 23,2 pour les secondes.

Les ménages profitent notamment de la suppression de la taxe d’habitation sur les résidences principales. 80% d’entre eux ne la paieront plus d’ici la fin de l’année. Les 20% des Français les plus riches vont quant à eux commencer à bénéficier de cette mesure dès l’année prochaine et jusqu’en 2023, année au cours de laquelle la taxe d’habitation sera définitivement supprimée. Sur la période 2018-2021, cela représentera 12,6 milliards d’euros de recettes fiscales en moins.

A cela s’ajoute la baisse de l’impôt sur le revenu à hauteur de 5 milliards d’euros décidée en 2019 pour répondre à la crise des gilets jaunes. Enfin, la réforme des impôts sur le capital qui a donné naissance en 2018 au prélèvement forfaitaire unique (PFU) et remplacé l’impôt sur le fortune (ISF) par l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) a également représenté un coup de pouce fiscal de 5 milliards d’euros, même s'il était essentiellement ciblé sur les plus aisés.

Baisse des impôts de production et de l'impôt sur les sociétés

Du côté des entreprises, le gouvernement a promis de tenir ses engagements sur la baisse progressive de l’impôt sur les sociétés. "Nous tiendrons notre engagement de ramener à 25% le taux d’impôt sur les sociétés pour toutes les entreprises sans exception d’ici 2022 car soutenir les entreprises, c’est soutenir l’emploi", a déclaré Bruno Le Maire.

Dans le cadre du plan de relance élaboré en réponse à la crise sanitaire du coronavirus, Bercy a également prévu une baisse pérenne des impôts de production de 10 milliards d’euros via une baisse de la contribution foncière des entreprises et une diminution de la contribution sur la valeur ajoutée. Cet allégement a pour objectif de "stimuler la compétitivité des entreprises, notamment les entreprises industrielles, et favoriser les décisions d’implantation sur notre territoire".

https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis Journaliste BFM Eco