BFM Patrimoine

L'Association française des usagers des banques pour le cash illimité 

Maintenant, le consommateur ne pourra pas payer plus de 1.000 euros en cash.

Maintenant, le consommateur ne pourra pas payer plus de 1.000 euros en cash. - Damien Meyer - AFP

A partir du 1er septembre, le paiement en espèces ne doit pas excéder 1.000 euros. "Inadmissible", estime Serge Maitre, président de l'Association française des usagers des banques.

Ceux qui apprécient de pouvoir payer leurs achats en espèces vont devoir s'y faire.  Comme l'avait annoncé dès mars, le ministre des Finances, Michel Sapin, à partir du 1er septembre, au-delà de 1.000 euros, ils n'auront plus le choix: il leur faudra sortir leur carte de crédit ou leur chéquier. Jusqu'alors, les consommateurs pouvaient payer en cash jusqu'à 3.000 euros. 

Michel Sapin avait expliqué au printemps que cette mesure visait à "faire reculer le cash et l'anonymat dans l'économie française": "Nous avons besoin de pouvoir tracer les opérations suspectes très en amont" avait-il ajouté. L'annonce avait été entérinée le 27 juin, avec la publication d'un décret au JO.

"Pourquoi 1.000 et pas 500 demain?"

Mais, il aura fallu attendre la fin des vacances et l'imminence de l'entrée en vigueur de l'interdit pour que Serge Maitre, président de l'Association française des usagers des banques, s'en émeuve. "Pourquoi 1.000 et pas 500 demain?", s'est-il interrogé sur BFM Business. "C'est une mesure qui porte atteinte à une liberté fondamentale, celle de disposer librement de son argent". Et il prend pour exemple l'Allemagne ou le Royaume-Uni où il n'y a pas de limite d'argent lors d'un paiement en espèces, "et ils ne sont pas plus fraudeurs que chez nous".

Mais ce qui irrite le plus Serge Maitre, c'est que cela "augmente la prégnance de l'industrie bancaire sur les citoyens, et ça c'est inadmissible".

D. L.