BFM Eco

Nouvelle étape vers la certification du Boeing 737 MAX

Un 737 MAX.

Un 737 MAX. - Stephan Braeshar-AFP

Après une série de vols de certification, le régulateur américain a annoncé qu'il allait publier une notice de "navigabilité" qui pourra être commentée par le public.

Le Boeing 737 MAX s'est rapproché mardi de son retour dans le ciel, le régulateur américain de l'aviation (FAA) ayant annoncé qu'il accepterait bientôt les commentaires du public sur une proposition visant à autoriser à nouveau l'appareil, cloué au sol depuis plus d'un an, à voler.

L'avion a terminé début juillet une série de vols de certification, étape cruciale dans sa remise en service dans la mesure où les autorités de l'aviation civile ne peuvent approuver la version modifiée de l'appareil qu'après avoir scruté son comportement dans les airs. L'agence prévoit désormais de publier "dans un futur proche" une notice portant sur la "navigabilité" de l'appareil, selon un communiqué publié mardi.

"Conformément à notre engagement à rester transparents, (cette notice) accordera 45 jours au public pour commenter les modifications" proposées "pour atténuer les problèmes de sécurité identifiés lors des enquêtes qui ont suivi les accidents de Lion Air et d'Ethiopian Airlines", ajoute la FAA.

Le 737 MAX est interdit de vol depuis le 13 mars 2019 après l'accident d'un modèle de la compagnie Ethiopian Airlines ayant fait 157 morts. Cette tragédie survenait quelques mois seulement après la catastrophe à bord d'un MAX de Lion Air, qui a coûté la vie à 189 personnes. La FAA, qui doit donner ou non son feu vert à la remise en service du 737 MAX, assure "continuer à suivre un processus de certification robuste".

Pas de date de remise en service

Si la publication de la notice représente une "étape importante" selon elle, il reste "plusieurs étapes clés" à franchir. Le logiciel antidécrochage MCAS a été mis en cause dans les deux accidents. Mais d'autres dysfonctionnements techniques, dont un concernant des câblages électriques, ont par la suite été détectés au cours des travaux de modification de l'appareil, ralentissant le processus de recertification.

La FAA refuse à cet égard de "spéculer" sur la date à laquelle elle pourrait donner son accord et affirme qu'elle "prendra le temps qu'il faut pour examiner de près le travail de Boeing". Elle "ne lèvera l'interdiction de vol que quand les experts sécurité de la FAA seront certains que l'avion remplit les critères de certification", affirme-t-elle.

Depuis des mois, Boeing peine à remettre en service son moyen-courrier, dont les ventes constituaient avant cette crise sa principale source de revenus. La FAA a elle-même été mise en cause au cours des enquêtes lancées après les accidents. Les parlementaires démocrates Peter DeFazio et Rick Larsen, qui président respectivement la commission des Transports et la sous-commission de l'Aviation à la Chambre des représentants ont, dans une lettre lundi soir, demandé à l'agence de leur fournir les résultats d'une étude menée en 2019 sur la culture de la sécurité en son sein.

"Nous pensons que les résultats de cette enquête aideront la commission à remplir son rôle de supervision de la FAA et ses efforts destinés à améliorer la culture de la sécurité à l'agence", écrivent-ils.
P.L avec AFP